Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 18:45

 

Education : Apprendre à désobéir de G Chambat et L Biberfeld

On nous a suffisamment rabâché, enfants, que l’école était ce lieu où l’on enseigne « à penser par soi-même », à devenir « autonome ». Ce, entre deux contrôles, ou deux vexations pour résultats insuffisants. Si tel était le cas, elle ne punirait ni l’impertinence ni la désobéissance – des profs et des élèves – mais les enseignerait.

Au lieu de quoi, elle est souvent le premier lieu où on apprend à dissimuler, à biaiser, à se soumettre… ou à être puni, déclassé, réorienté. Laurence Biberfeld et Gregory Chambat font l’histoire de l’école qui désobéit.

Qui désobéit depuis le projet d’un enseignement intégré tel que la Commune de Paris l’a imaginé. Qui désobéit à l’école prétendument publique, à ses bataillons de hussards noirs, uniformes et patriotes, en refusant de relayer le bellicisme ambiant.

Qui désobéit en cachant les enfants juifs sous Vichy, en ne cédant jamais (la fédération CGT de l’éducation), en résistant dès la première heure (Germaine Tillion ou les centaines de profs déportés) en dénonçant la torture pendant la guerre d’Algérie, et la chasse aux enfants sous Sarkozy.

Qui désobéit à l’instar de ces instits et professeurs, révoqués, emprisonnés, et parfois torturés, déportés, par centaines, ou qui disparaissent sans laisser de traces… en Algérie. Elle désobéit à l’image des élèves, des parents et des directeurs d’établissement faisant barrage aux flics de tous les régimes lorsqu’il s’agit de protéger les enfants des politiques racistes, autoritaires…

Sur la toile de fond du constant bras de fer entre pouvoir et éducation, Apprendre à désobéir est un livre véloce et vivant, truffé d’informations factuelles, parfois émouvant, souvent surprenant, et toujours en colère.

Il fait l’histoire de la résistance à ce qui veut nous soumettre dès l’enfance : au nom de l’enfant, au nom d’une autre idée de la place sociale de l’éducation, au nom, viscéralement, de la dignité.

À lire, à faire lire, à laisser en évidence sur la banquette du train pour transmettre le virus d’une « n’autre école ».

(source texte :alternativelibertaire.org )

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article

commentaires