Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 17:59
 
Enseignant-es désobéisseurs: c’est une grande mascarade !
(communiqué de Sud Education)
ENSEIGNANT-ES DÉSOBEISSEURS : LA SYMPATHIE DE VINCENT PEILLON NE NOUS SUFFIT PAS !
Ce matin, 20 septembre 2012, M.Peillon, invité sur France Culture, a déclaré qu’il ne reviendrait pas sur les sanctions prises à l’égard des enseignant-es « désobéisseurs. ». Il se coupe ainsi des enseignant-es qui luttent pour une éducation de qualité.
Pour rappel, le mouvement des « désobéisseurs », apparu en 2007-2008, regroupe des enseignant-es qui n’ont pas appliqué certaines directives officielles prises par le gouvernement Fillon et le ministre de l’éducation de l’époque Xavier Darcos. Ces directives, dénoncées par SUD éducation, renforcent un modèle éducatif tourné vers la concurrence entre élèves, (livret personnel de compétence, évaluations CE1, CM2), accentuent le fichage généralisé (Base élève) et sont un pas de plus vers une éducation à deux vitesses bien loin d’un service public de l’éducation pour toutes et tous. Ces enseignant-es ont fait acte de résistance pédagogique.
Après avoir reçu une délégation d’enseignant-es désobéisseurs le 26 juillet dernier, Vincent Peillon, qui dit les avoir écouté, ne les a donc pas entendu. Sous prétexte qu’un-e enseignant-e doit appliquer les lois en tant que fonctionnaire, M.Peillon ferme donc aujourd’hui la porte à la levée des sanctions. La Fédération SUD éducation réaffirme avec force que ces enseignant-es montrent au contraire leur attachement à un service public d’éducation de qualité, orienté vers la réussite de toutes et tous , basé sur des valeurs de solidarité et d’émancipation individuelle et collective.
La Fédération SUD éducation réaffirme son soutien aux enseignant-es en résistance pédagogique. Nous demandons au ministre de l’éducation nationale la levée de toutes les sanctions (disciplinaires, administratives et financières) infligées à nos collègues. Tous les enseignant-es sanctionné-es, y compris ceux qui sont à la retraite, doivent être réintégré-es dans leurs droits.
- Ci-dessous la vidéo de V Peillon à France Culture
 
 
 Service public d’orientation : c’est une grande mascarade !
La concertation montre son vrai visage ! SUD éducation claque la porte de cet atelier.
Alors que la concertation sur la refondation de l’école et sa thématique « orientation » est en cours on apprend par une dépêche de l’AEF que le 1er ministre vient de signer avec le président de l’Association des Régions de France un document présentant « 15 engagements pour la croissance et l’emploi » dont 2 concernent directement l’orientation (voir doc associé). L’engagement nº 8 confie aux régions l’animation et la coordination du service public d’orientation tandis que le nº 12 transfère le pilotage et l’animation territoriale de l’offre d’Orientation Tout au Long de la Vie qui, jusqu’à présent, se limitaient à un public non scolaire. Détournés de leur mission initiale, les CIO vont, par ces engagements, être associés au service de l’insertion professionnelle immédiate, aux besoins locaux de l’emploi.
Sans s’interroger sur les spécificités des professionnels de l’orientation (formation à Bac + 5 dans les domaines de la Psychologie et de la Sociologie) le gouvernement considère-t-il que l’autorité fonctionnelle des Régions est plus propice à la construction des élèves et que les problématiques propres à la jeunesse peuvent être traitées comme celles des adultes ?
On assiste ici à une grave dénaturation de l’orientation à l’école.
Si l’orientation « fonctionne mal » selon les propos du ministre de l’Éducation nationale, pas un instant il n’aborde les raisons historiques de cette dégradation :
suppression massive de postes de conseillers d’orientation psychologues (1 poste sur 6 remplacé depuis 5 ans) ;
précarisation du corps ;
démantèlement du réseau des CIO par suppression et fusion des structures ;
transfert aux enseignants des tâches d’orientation ;
et, plus récemment, mise en place des procédures de labellisation dans les territoires en application de la loi OFPTLV dont SUD Éducation demande l’abrogation.
SUD Éducation refuse de participer à ce jeu de dupe. Nous mettrons tout en œuvre pour faire connaître les méthodes utilisées, les objectifs définis et les conséquences pour les élèves et les familles.
Communiqué de presse SNES-FSU, CGT Educ’action, SUD Education
Les concertations sur le service public d’orientation sont encore en cours, pourtant nos organisations ont pris connaissance par la presse, de la signature par le premier Ministre et le président de l’Association des Régions de France d’un engagement qui confie aux Régions, le pilotage de la carte des formations et du service d’orientation.
On ne peut que s’interroger sur l’emploi d’une méthode que les personnels n’ont cessé de dénoncer sous le précédent gouvernement et avec laquelle ils pensaient en avoir fini.
Quel crédit accorder alors aux résultats des concertations et à la phase des négociations avec les organisations syndicales si les décisions sont déjà prises ?
Pas plus aujourd’hui qu’hier, le SPO (le Service Public de l’Orientation), issu de la loi de 2009 et mis en place sans aucune concertation, n’est acceptable !
Nos organisations syndicales demandent depuis plusieurs mois, que les textes qui organisent ce service soient revus, en particulier la partie qui concerne la formation initiale.
On ne peut vouloir un système scolaire avec plus de réussite et de justice sociale et ne pas prendre en compte la spécificité des besoins des élèves par rapport aux salariés. On ne peut réduire le travail sur l’élaboration des projets et des parcours aux seuls impératifs d’une insertion, voire d’une employabilité à court terme. On ne peut imposer aux personnels dans le cadre des « labellisations » un autre référentiel métier et d’autres conditions d’exercice.
Le souci des élèves « décrochés » ne peut servir de prétexte, à un détricotage du service public d’orientation de l’Education nationale qui du même coup ferait disparaître le rôle de prévention que jouent les conseillers d’orientation-psychologues et les directeurs de CIO.
Le SNES-FSU, la CGT Educ’action et SUD Education alertent sur les conséquences négatives, d’une « régionalisation » de l’orientation scolaire sur l’égalité d’accès aux formations sur tout le territoire. Elles demandent au Ministre d’ouvrir d’urgence des négociations sur ce dossier afin que l’expertise des personnels et de leurs représentants soit enfin entendue.
 
Elèves handicapé(e)s : c’est une grande mascarade !
Ci-dessous, le mail du rectorat de Lille à ce sujet.
Subject: contrats aidés


Afin de respecter l'enveloppe ministérielle en contrats aidés pour le
2e semestre 2012 allouée à l'Académie de Lille,
il est nécessaire de
procéder à un arrêt temporaire des renouvellements et nouveaux
recrutements en contrats aidés en accompagnement des élèves handicapés.


Le service vous fera parvenir en retour les fiches de renseignement
pour lesquelles il n'a pas été possible de faire une prise en charge
complémentaire.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article

commentaires