Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 20:05

 

« Ce sera donc Hollande, et De Funes en grimace déjà qui a bien compris qu’il lui sera plus difficile de battre Hollande qu’Aubry, jugée plus à gauche.

Hollande ?…pour quoi faire ? Pour garder le nucléaire, pour réduire la dette et les déficits, pour les marchés, pour s’acoquiner avec Bayrou, pour épater les bobos, les écolos, pour rassurer les rentiers ? Une espèce de gauche molle, bien sûr, du genre de celle de Zapatero qui saigne les Espagnols au fer rouge, de celle de Panpandreu, qui applique à la lettre le dictat du FMI et de la BCE. Pour le bonheur du Front National qui récupérera les nouveaux déçus, les restes du petit peuple qui a déserté cette caste de faux révolutionnaires.

Voilà le cauchemar de ce soir, le peuple de gauche ne retrouvera dans ce fourre-tout de bonnes intentions, dans ce programme des fils à papa de Mitterrand, aussi excitant qu’un mauvais polar, que la énième réplique du séisme de la crise qui défait un à un les acquis sociaux gagnés par nos pères.

Comme l’unique façon de gagner une Présidentielle en régime de Cinquième République suppose de trouver une majorité au second tour, le dilemme sera pour Hollande de pencher soit vers Bayrou auquel cas, l’espèce de gauche proposée n’aura que l’aspect de la gauche mais pas la substance, soit vers La Mélanche qui aura tout fait au premier tour pour ratisser large auprès de l’électorat de la gauche radicale, et là le grand écart risque d’être assez désagréable à l’entre-jambes du Corrézien de service.

Pas de doute, avec Hollande, la France tient un parfait sujet du système capitaliste, un gentil candidat social-démocrate qui ne déplaît ni aux financiers ni aux marchés, un gendre acceptable en quelque sorte. Pour une mariée qui pourrait vite se retrouver cocue »

Contribution de provola sur bellaciao.org (avec l’autorisation de l’auteur)

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article

commentaires