Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 01:38

 

Je m’autorise une remarque qui pourra paraître farfelue mais qui correspond à un constat que je fais de plus en plus souvent depuis que je parcours de plus en plus fréquemment les écoles. Le premier clivage selon moi est celui qui existe, et me semble-t-il, n'est pas prêt d'être supprimé, entre celles et ceux qui lisent, commentent et s'expriment sur ce type de "billet" (NDLR : sur Facebook), qui l'analysent, qui le contestent aussi, et tous les autres qui n'ont pas la moindre idée des discussions et échanges qui peuvent se faire sur, autour et pour l'école. Je fais depuis plusieurs mois environ une conférence grand public deux à trois fois par mois, sur les travaux que je mène depuis trente ans dans les écoles. Je contextualise évidemment toujours ces travaux, et de plus en plus j'ai la surprise (encore que !) de constater à quel point le public présent, souvent composé de parents d'élèves ou de grands parents, découvre littéralement les informations que je leur apporte sur le fonctionnement de l'école, sur les attentes du système vis à vis de leurs enfants, sur les questions que se posent les "spécialistes" de l'éducation. Ils sont tout à fait intéressés, mais complètement non-avertis.

Comment dès lors parler d'eux comme "acteurs" éducatifs, alors que cette place est complètement confisquée par les seuls penseurs, chercheurs, spécialistes, etc., qui souvent pensent savoir -souvent à juste titre- ce qu'il faudrait faire pour que ça marche mieux.

Ce n'est pas ce fait que je remets en question, c'est celui consistant à croire que tout le monde est au même niveau d'informations et peut donc réfléchir au problème de la même façon que nous. Mon plus gros souci depuis quelques mois, par rapport aux changements à apporter dans les écoles ne serait-ce qu'autour de la réorganisation complète des temps de vie des enfants, principalement de leurs temps éducatifs, c'est de parvenir à faire entendre au parent lambda que sa parole et ses idées ont autant d'importance que n'importe quelles autres, qu'il a un rôle majeur à jouer dans l'amélioration du système éducatif, pas uniquement de façon virtuelle. Et ceci pas uniquement pour les parents élus dans les conseils d'école, que je respecte infiniment par ailleurs. Dernièrement un parent m'a demandé :"vous ne croyez pas qu'il faudrait instaurer des "écoles" de parents ?" ? Sa question n'était absolument pas méprisante, elle interrogeait notre capacité à nous, chercheurs, d'associer toute la population des parents à nos réflexions, et donc de leur apporter toutes les informations relatives à l'école indispensables pour comprendre les changements que nous aimerions voir se concrétiser. Car il faut que nous entendions que si nous tous, nous sommes convaincus que l'école doit changer, se refonder, etc., la plupart des personnes concernées par cette école ne comprennent pas ce que nous voulons ni pourquoi nous le voulons. C'est là un clivage bien réel auquel nous devons nous attaquer si nous voulons vraiment que cette école redevienne l'école de tous. Sommes-nous prêts ?

Claire Leconte. (avec son autorisation)

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article

commentaires