Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 21:20

On ne saurait attendre de meilleur moment que la période électorale actuelle pour reparler de la Commune de Paris. Alors que tant de bons citoyens se préparent à renouveler leur servitude dans les urnes mises à leur disposition, il n’est pas inutile de se rappeler qu’une population d’un tout autre genre, à Paris et plus brièvement dans quelques grandes villes de province, choisit quant à elle, il n’y a même pas 150 ans, de se soulever et de prendre ses affaires en main.

Loin de se résumer à un sursaut patriotique visant à libérer Paris du joug prussien, la Commune fut sans doute l’expérience révolutionnaire la plus avancée jamais survenue en France : en seulement neuf semaines, entre le 18 mars et le 29 mai 1871, la Commune de Paris sut non seulement prendre des mesures qui feraient pâlir plus d’un Indigné d’aujourd’hui, mais surtout élaborer des formes de pouvoir authentiquement anti-autoritaires. La République, qui n’a jamais cessé par la suite d’être versaillaise, ne s’y est pas trompée, multipliant les avenues et places « Thiers » en signe de gratitude au boucher qui parvint à rétablir l’ordre.

Comment des anarchistes, partisans des mandats impératifs révocables à tout instant, ont pu coexister avec des blanquistes, plutôt adeptes des changements révolutionnaires sous la conduite d’une élite ? En quoi les idées et les pratiques mises en œuvre à l’époque peuvent-elles instruire le contexte qui est le nôtre ?

Venez-en discuter au CCL, rue de Colmar à Lille, le 19 avril à partir de 21 heures, avec Jean-Philippe Crabé, auteur du livre « Les anarchistes et la Commune de Paris ».

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article

commentaires