Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 18:19

la voix 2

 

Surenchère. Face à la crise suscitée par les nouveaux textes sur l'évaluation des enseignants, Luc Chatel jette de l'huile sur le feu en dévoilant une vision ultra libérale de l'éducation : fin de la carte scolaire, sélection précoce, recrutement par le chef d'établissement. Le PS n'est pas en reste.

"si l'on fait des réformes d'organisation et de structures du système éducatif, oui, il sera possible de réduire encore le nombre de postes en ne remplaçant pas un certain nombre de départs en retraite", annonce Luc Chatel dans un entretien accordé aux Echos. Le ministre affirme une vision libérale de l'Ecole jusque là plutôt dissimulée. Ainsi sur la mise en concurrence des établissements. Il juge "nécessaire " la publication des résultats des établissements, une mesure demandée par l'UMP. " Les parents attendent de la transparence. Mais il faut pour cela mettre en place des outils totalement objectifs". "Nous testons un recrutement par le chef d'établissement", poursuit-il, " car c'est lui qui est capable d'apprécier ses besoins. Il sera difficile de généraliser cela du jour au lendemain. Mais c'est l'horizon. Il faut donner plus de marges de manœuvre aux établissements".

Sur la suppression de la carte scolaire, il y voit " le point final d'une réforme en profondeur du système éducatif. C'est la liberté de choix des parents. Cela ne peut se faire que le jour où l'on aura des indicateurs totalement transparents et objectifs. C'est le cap qu'il faudra poursuivre".

"On a le droit à treize ans de ne pas être à l'aise dans sa classe dans le cadre d'un enseignement général, et le "pré-pro" peut vous aider à vous intéresser à l'école sans pour autant faire toute votre vie dans une voie spécialisée", affirme le ministre justifiant ainsi l'orientation précoce des jeunes et l'enterrement du socle commun.

Pour le PS, Vincent Peillon, en charge de l'éducation pour le candidat F Hollande, voit en Luc Chatel "un sauvageon bouffi de morgue et de suffisance". "De plus en plus de jeunes sortent du système sans diplôme, les inégalités s'accroissent, le niveau de qualification stagne", dénonce V Peillon. Il conclue en évoquant "le cancre Chatel".

(Source : cafepédagogique.net)

 

lutter ou subir

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article

commentaires