Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 20:51

Le 1° février 2013, Peillon réfléchit à un coup de pouce salarial

Selon les Echos, le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, serait prêt à concéder une prime de 400 euros aux enseignants du primaire qui protestent contre le retour à la semaine de quatre jour et demi de classe. Le ministre ne confirme pas l'information, mais ne la dément pas non plus. 


4 mois plus tard :

Baisse de 400 euros du salaire des enseignants débutants: le SNES monte au créneau contre Peillon.

Le salaire des enseignants débutants risque d'être diminué de 20%, selon le syndicat SNES-FSU, qui a indiqué, mercredi 5 juin dans un communiqué que le ministre de l'Education Vincent Peillon, avait pour intention de faire voter un décret en ce sens. La rémunération des enseignants passerait ainsi de 2 000 à 1 600 euros brut. Le gouvernement préfère parler d'«une année supplémentaire [de formation] de rémunération» tandis que le syndicat d'enseignants parle d'une «situation dramatique».

Selon un document obtenu par le SNES, syndicat national des enseignants de second degrés, le ministre de l'Education Vincent Peillon aurait pour intention de faire passer un décret prévoyant la diminution de 20% du salaire des enseignants en première année à la rentrée 2014. «Un projet de décret soumis au Comité Technique Ministériel (CTM) du 17 juin prévoit que les enseignants et CPE (conseillers principaux d'éducation) débuteront leur carrière à 1 600 euros bruts au lieu des 2 000 euros actuels», écrit le syndicat dans un communiqué, avant de menacer: «Cette décision, si elle était confirmée par le Ministre (...) ne pourrait que conduire à une forte réaction de tous les personnels».

Du troisième au premier échelon : 400 euros de salaire en moins

Cette mesure concernerait les enseignants qui entameraient leur première année de fonctionnaire stagiaire à la rentrée 2014. Ces derniers ne seraient plus détenteurs que d'un Master 1, contrairement aux anciens stagiaires, qui, avec la réforme de la modernisation de la formation des maîtres, votée en 2010 sous Nicolas Sarkozy, devaient avoir un niveau Master 2 pour intégrer la formation. Les étudiants stagiaires intégraient alors leur formation, à temps pratiquement plein, en étant rémunéré au troisième échelon.

Avec ce nouveau décret, c'est au premier échelon que seront désormais rémunérés les enseignants stagiaires de première année, «qui auront 9h de cours à assurer, en plus de leur Master 2 à valider», assure un militant de la SNES. Interrogé par Newsring, le ministère de l'Education nationale n'a pas encore été en mesure de nous apporter une réponse claire sur la question.

Une année supplémentaire de rémunération, selon le gouvernement

Interrogé à ce sujet, Pierre Claustre, militant du SNES-FSU parle de la réforme de Vincent Peillon comme étant «mensongère», tandis que le ministère de l'Education nationale quant à lui, refuse de parler de baisse de salaire. «Il n'y a absolument pas de baisse de salaire, réplique une porte-parole contactée par TF1News. Au contraire, on va ajouter une année supplémentaire de rémunération, explique-t-on dans l'entourage de Vincent Peillon. Une fois le concours en poche, les étudiants vont, pendant cette première année, dispenser 9 heures de cours par semaine à des élèves - au lieu de 15 et  18 heures les années suivantes - et parallèlement, ils suivront une formation auprès de l'E.S.P.E (Ecoles Supérieures du Professorat et de l'Education), ce qui n'était pas le cas avant».

 Faire payer leur formation aux enseignants stagiaires, pour le syndicat

«C'est dramatique, dénonce Daniel Robin, secrétaire général du SNES-FSU. Il y a des gens reçus au concours qui vont gagner moins d'argent que ceux de l'année d'avant». «Cette baisse de salaire est une manière de leur faire payer leur formation. Quand vous commencez un travail, vous avez besoin d'être formé, mais est-ce que, pour autant, on vous paye moins? Non!», s'exclame le secrétaire général, qui estime que cette mesure rapporterait 100 millions d'euros par an au ministère.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article

commentaires