Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 20:05

 

 

Via l’alerte Google « psychologue scolaire », j’ai découvert l’article ci-dessous publié sur blogs.lexpress.fr…L’Express, ce « journal » dont le directeur de la rédaction porte une écharpe rouge et a des « avis » sur tout…Je vous laisse apprécier la teneur de ce dégo-billet…Vous trouverez également le commentaire que j’ai laissé à la suite de cet « article »

 

                                

                            Enfant en difficulté = parents responsables ?

Parcours typique d’un enfant ne filant pas droit (autiste, « dys », hyperactif…).

J’ai eu l’idée d’écrire cet article suite à des réactions de psychanalystes qui disaient ne pas être choqués par les propos d’une de leur consœur, qui attribuait les causes de l’autisme à une carence maternelle. Je rajoute que nous n’avons pas réussi à obtenir de leur part une seule réaction négative vis à vis du contenu des propos.

Ce que je vais décrire est n’est pas systématique… Mais on en n’est pas très loin. Cependant, il est possible de court-circuiter ce parcours, surtout quand les parents sont bien informés, merci internet.

*Je ne mets pas « enfant psychotique » car les troubles de psychose infantile ( on rajoute « vieillie » quand l’enfant grandit), dysharmonie psychotique évolutive n’existent qu’en France ( aucun enfant étranger n’en est atteint, quelle chance ! )

Problème

Votre enfant a des difficultés à l’école ? A la crèche ou tout autre endroit social ? On vous fait des réflexions sur votre façon de l’éduquer ?

Attention, vous pénétrez dans une zone non sécurisée !

→ Grosse probabilité que vous soyez convoqué(e) par le psychologue scolaire ( formé par des pedopsychiatres psychanalystes) qui, après avoir interprété les dessins de votre enfant, vous sondera pour vous dire finalement quelque chose du genre : « Si votre enfant ne va pas bien, c’est que son environnement familial est pathogène » ( ou psychogène, cela dépend… Au passage, c’est une expression très appréciée des psychanalystes. )

Conséquence hautement probable si l’enfant a un Trouble Envahissant du Développement.

Le psychologue scolaire, ou toute autre professionnel du service public suivant l’enfant, fait un signalement auprès de l’Aide Sociale à l’Enfance ou du Procureur de la République, pour défaut de soins.

Si les parents n’ont pas les ressources nécessaires pour se défendre , ce signalement conduit à une enquête sociale doublée d’une expertise psychologique, confortant l’hypothèse de départ, à savoir un environnement familial nocif… La décision de placement devient de plus en plus probable. Un placement en institution le plus souvent.

chance

 

 

Voilà comment un innocent dessin et des interprétations arbitraires peuvent tracer le destin d’un enfant.

 

Pourquoi cette façon de faire ?

 

Nous baignons tous dans la culture psychanalytique : ce bain nous le prenons chaque jour par exemple au travers de la presse, de la radio, de la télé, et dans toute librairie : allez donc faire un tour à la FNAC dans le rayon sciences humaines…

 

Considérés comme des personnes capables de décrypter notre psychisme, d’interpréter sans erreur les comportements humains ( exemple l’affaire DSK ), les relations familiales, les psychanalystes sont les consultants favoris des magazines de santé, féminins, culture et médias. On peut sentir l’impact de leurs discours dans les multiples forums de santé, éducation.

 

Cette pensée est bien présente dans nombre formations comme par exemple en fac de psychologie évidemment, protection de l’enfance, sciences de l’éducation, justice, psys scolaires, formation des infirmières, universités, médecine, formations des psychologues exerçant dans l’Aide Sociale à l’Enfance, éducateurs spécialisés, ouvrages sur l’éducation, professeurs, assistantes sociales, psychomotriciens, orthophonistes

 

Les professionnels à qui ont affaire les parents et les enfants ont suivi ces formations. Ils ont développé cet automatisme, qui consiste à considérer que presque tout trouble est d’origine psychologique, que cela résulte d’une mauvaise relation familiale. Une croyance chère aux psychanalystes.

 

Leurs façons de procéder est donc logique, finalement…

 

Conclusions

 

Les parents, pas vraiment satisfaits des solutions proposées, voudraient que les professionnels remettent en question leur manière de « régler le problème ».

 

Voilà pourquoi, par exemple concernant l’autisme, syndrome considéré par les psychanalystes comme « la pire des psychoses » et dont le quasi-monopole de la prise en charge leur revient, les parents deviennent souvent militants malgré eux : simplement pour le bien de leur enfant.

 

Pour qu’il ne soit pas diagnostiqué psychotique (trouble relation maternel) → hôpital ou institution psychiatrique, psychanalyse pour la maman.

 

Ce fameux automatisme dont on ne veut plus…

 

                   

 

                                             Commentaire (à chaud !)

 

Je ne sais pas ce qui est préférable entre une personne qui ne sait pas de quoi elle parle ou une personne ignoble dans ses propos...Mais, peut-être que là, on trouve une combinaison des 2 !!

 

Madame, dans le meilleur des cas vos propos sont réducteurs et basés sur une méconnaissance manifeste du terrain ; mais j'y lis surtout des procès d'intention qui ne peuvent qu'être nuisibles (tant aux parents, aux élèves qu'à l'école publique). Je fais-moi même partie de ces psychologues scolaires que vous fustigez, à la limite de l'insulte...Sachez que je ne CONVOQUE PAS les parents, je les rencontre, je dialogue avec eux (certes pas autant qu'il le faudrait puisque la politique ultralibérale des précédents gouvernements a démantelé le dispositif RASED !). Sachez Madame, que je ne me permettrais EN AUCUN cas de poser un diagnostic d'autisme, et encore moins sur la base de quelques dessins ! Sachez, Madame que ce type de diagnostic prend du temps et nécessite une équipe pluridisciplinaire.

 

Sachez Madame, -notamment depuis la loi de 2005- qu'un diagnostic, n'est qu'un diagnostic, il est donc différent d'une éventuelle PROPOSITION d'orientation  vers un établissement ou un SESSAD ! Sachez, Madame, que lorsqu'une orientation est souhaitable elle nécessite l'élaboration d'un dossier (étayé) qui est transmis à la MDPH (je ne vous ferai pas l'injure de vous apprendre ce qu'est la MDPH). Ce dossier comporte obligatoirement le compte-rendu de l'Equipe éducative, dont les parents sont membres DE DROIT. Dans ce compte-rendu figure nécessairement les avis et propositions de la famille ! Même en cas de désaccord avec la famille, nous respectons ses choix et poursuivons le DIALOGUE et le nécessaire accompagnement.

 

 

 

Sachez Madame, que lors de ma formation au DEPS (vous savez certainement ce que c'est...) je n'ai pas été formé (et encore moins formaté) par des pédopsychiatres psychanalystes...Je ne pense pas que le centre de formation de Lille 3 soit envahi par ces pédopsychiatres psychanalystes que vous détestez tant.

 

Sachez aussi que la moitié des centres de formations pour les psychologues scolaires a été purement et simplement fermée par le précédent gouvernement.. je suppose que ça ne vous a pas ému outre mesure....

 

Sachez Madame, que je travaille dans un secteur où bon nombre d'écoles publiques ACCUEILLENT régulièrement des enfants souffrant de troubles autistiques, les familles y ont toujours été reçues, écoutées, accompagnées.

 

Vous vous targuez de savoir ce qu'est (ou pas) l'autisme...Alors, vous n'ignorez pas que ces enfants et leurs familles connaissent l'angoisse, le doute, la souffrance, la recherche d'une scolarisation  la plus adaptée, année après année...Il ne saurait ici être question de signalement aux services sociaux...S'il y a une maltraitance condamnable, je le vois dans vos propos !

 

Ne recevez pas, Madame, mes salutations cordiales

 

Jean Rumain (psychologue sColère)

colere-contre-banque-en-ligne-341.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article

commentaires

Autisme 21/03/2014 05:20

Bonjour,

Ça plaît : tant mieux. Ça ne plaît pas : tant pis.

http://en-quete-de-declics.fr/index.php?declic=quete&autisme=Mon-bebe-n-est-pas-comme-les-autres-bebes

La suite ?
C'est parti !
http://en-quete-de-declics.fr/index.php?declic=quete&autisme=Psychose-vous-avez-dit-psychose
Au plaisir de vous lire dans les commentaires.

Bien cordialement,
Une personne autiste.

claire leconte 13/06/2012 09:31

cet article est un pur scandale. Quels psychologues cette personne a-t-elle rencontrés ? et quand je pense que le ministère Chatel a fermé l'un des centres de formation le plus orienté vers la
connaissance des difficultés d'apprentissage des enfants, tout venant comme porteurs de handicaps, non rattachée à une interprétation psychanalytique des causes, cela fait plus mal encore. Les
psychologues scolaires doivent impérativement faire entendre leur voix si méconnue du grand public, en apportant des arguments irréfutables quant à leurs actions de terrain. Car ce sont des idées
qui traversent aussi l'esprit de certains décideurs, il ne faut pas l'oublier.