Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 14:19

 

 

« Cette férocité bourgeoise s'aggravera sans mesure avec le XVIème siècle finissant, plus encore avec le XVIIème siècle. Le problème : mettre les pauvres hors d'état de nuire.

A Paris, malades et invalides sont depuis toujours dirigés sur les hôpitaux, les valides employés au dur et fastidieux travail de l'interminable nettoyage des fossés de la ville, enchaînés deux par deux. En Angleterre, dès la fin du règne d'Elisabeth, apparaissent les poor laws, en fait des lois contre les pauvres. Peu à peu, à travers tout l'Occident, se multiplient les maisons pour les pauvres et indésirables, où l'insensé est condamné au travail forcé, dans les workhouses comme dans les zuchthäuser, ou les "maisons de force", par exemple cet ensemble de semi prisons que réunit sous son administration le Grand Hôpital de Paris, fondé en 1656. Ce "grand renfermement" des pauvres, des fous, des délinquants, des fils de famille que leurs parents mettent ainsi sous surveillance est l'un des aspects psychologiques de la société raisonnable, implacable aussi dans sa raison, du XVIIème siècle. Mais elle est peu-être une réaction quasi inévitable devant la multiplication de la misère en ce siècle difficile. Fait significatif, à Dijon les autorités de la ville vont jusqu'à interdire aux citoyens, en 1656, la charité privée et l'hébergement des pauvres. "Au XVIème siècle, on soigne ou on nourrit le mendiant étranger avant de l'expulser. Au debut du XVIIème siècle on le rase. Plus tard on le fouette ; et à la fin du siècle, le dernier mot de la répression en fait un forçat. »

Extrait de Fernand Braudel. Civilisation matérielle, économie et capitalisme XVe - XVIIIè siècle.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article

commentaires