Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 18:19
Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 18:50
RESISTANCE--.jpg
 
 
 
 
Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 18:22
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 17:52

 

Continuer à défendre les droits du peuple palestinien

Communiqué LDH
La Cour de cassation a confirmé la condamnation prononcée par la Cour d’appel de Bordeaux contre Sakina Arnaud pour « provocation à la discrimination » pour avoir collé sur un produit en provenance d’Israël une étiquette intitulée « Boycott Israël ».

La LDH, qui estime légitime le boycott de produits fabriqués dans des territoires occupés, comme c’est le cas de la Cisjordanie, rappelle son opposition au boycott général des produits israéliens. Mais quels que soient les opinions qu’elle peut avoir sur les formes, la nature et l’étendue du boycott, elle constate que ce n’est pas ce qui est en cause dans l’arrêt de la Cour de cassation. En effet, celle-ci, suivant en cela l’argumentation du ministère de la Justice, dans la rédaction de la circulaire, amalgame les uns aux autres refusant ainsi de tenir compte de l’occupation illégale des territoires palestiniens par des occupants bien réels.

La LDH s’insurge contre la tentative d’amalgamer une protestation citoyenne et une démarche porteuse de haine Elle continuera à agir contre tout acte visant à assimiler une campagne de boycott et une « provocation publique à la discrimination ». Dans le cadre d’une indépendance retrouvée de la justice, elle demande le retrait des directives envoyées par le précédent ministère de la Justice aux parquets pour entreprendre de telles poursuites, et l’annulation d’une simple circulaire dont le retrait permettrait d’envisager la relaxe des citoyens injustement poursuivis, alors même que la France est le seul pays où cet acte est un délit.

 Palestine-001.jpg

(Politis)

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 17:36
 
 
 
 
 
 

 

 

Pétition APPEL DES RASED

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 20:22
 
SOLIDAIRES Arras et environs s'associe avec la CGT et  FSU 59/62  à une projection du dernier  film de Gilles Perret, « De Mémoires d’ouvriers ».
 
Vendredi 8 juin à 20h
au Cinémovida d’Arras,
en présence du réalisateur.
 "Ce film commence par une histoire locale et finit par raconter la grande histoire sociale française ! De la naissance de l'électrométallurgie, en passant par les grands travaux des Alpes et la mutation de l'industrie, jusqu'au déploiement de l'industrie touristique, c'est l'histoire ouvrière en général que racontent les hommes rencontrés par Gilles Perret. Dignes et lucides, ils se souviennent de ce qu'ils furent et témoignent de ce qu'ils sont devenus dans la mondialisation.
La mutation à travers l'Histoire
Le  film retrace plus d'un siècle de mutations économiques pour mettre en lumière la dégradation de la condition ouvrière. De 1904 à aujourd'hui, De mémoires d'ouvriers balaye les âges à travers l'utilisation de nombreux documents d'archives, permettant au réalisateur  Gilles Perret de rendre compte au mieux du déclin inhérent au monde ouvrier."
La projection sera  suivie d’un débat en présence du réalisateur, Gilles  Perret.
 
Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 19:59

 

Expulsions. Le CREA appelle à la résistance

Il y a plus d’un an, le CREA (Collectif pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion) a réquisitionné le bâtiment d’État du 70, allée des Demoiselles (Toulouse). Plus de quarante personnes, dont sept familles qui vivaient dans la rue, y sont installées. Les enfants sont scolarisés et les familles profitent d’espace pour reprendre leur vie en main.

Le 1er juin à 9 heures, le CREA sera au tribunal administratif de Toulouse pour le procès du 70, allée des Demoiselles. Le propriétaire, le ministère des affaires sociales, demande l’expulsion du bâtiment qu’il veut se réapproprier afin d’y créer un centre d’hébergement d’urgence pour sans domicile fixe. Le CREA dénonce ce projet qui va renvoyer quarante personnes à la rue.

 Ils savent depuis mardi dernier qu’ils sont convoqués le 1er juin devant le tribunal et ont décidé de faire un barouf de tous les diables. Les habitants du 70, allées des Demoiselles — une quarantaine en tout dont huit familles — s’activent et recherchent des soutiens pour échapper, ou au moins surseoir, à l’inéluctable : l’expulsion.

Lundi, ils ont sensibilisé les Toulousains en menant une opération péage gratuit. Trois ministres ont été alertés, le maire de Toulouse a tendu l’oreille et une pétition électronique a été lancée. Cet immense bâtiment vide, propriété de l’État, est occupé depuis le 6 avril 2011. Un collectif, le CREA, l’a transformé en « Centre social autogéré ». Il y accueille, dans la limite de places disponibles, les familles à la rue. « Il y a des cours de français, d’espagnol. Un atelier cuisine le mercredi midi pour les enfants. Ils sont même partis une semaine à la campagne, faire du fromage de chèvre, dans un autre lieu autogéré. Tout fonctionne bien », raconte, Thomas, un habitant qui refuse de « vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête ».

Dans le cadre de la semaine d’action en soutien au CREA, nous avons mené une opération de gratuité au péage nord de Toulouse. Nous sommes restés prés d’une heure, barrières levées, afin d’informer sur la situation du Centre Social Autogéré en procédure d’expulsion et en procès le vendredi 1er juin. Nous avons aussi exprimé notre solidarité aux résistances de Notre-Dame-des-Landes et de la LGV Lyon-Turin face à la société Vinci également propriétaires des autoroutes.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1338273254.png

 

Nos villes et nos campagnes nous appartiennent, ici comme partout : Tout pour tou-te-s, pouvoir au peuple!

D’autres actions auront lieu tous les jours jusqu’au procès :

* RDV tous les jours à 14h au CREA.                  

* Marche contre toutes les expulsions : mercredi 30 mai à 14h au CREA
* Soirée de soutien : mercredi 30 mai à 19h au Communard (14 place Arnaud Bernard)
* Rassemblement devant le tribunal administratif (68 rue Raymond IV) : vendredi 1er juin dès 8h place Jeanne d’Arc puis devant le T.A.

CREA (70 allée des Demoiselles, 31400 Toulouse)

(Sources textes : 20minutes.fr ; LaDépêche.fr ; lr jura Libertaire )

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 19:36

 

Le gouvernement entérinera-t-il l’arnaque du compteur Linky ?

Le nouveau compteur « intelligent » Linky n’en finit pas d’attirer les foudres. L’UFC-Que choisir  vient de saisir le Conseil d’État afin qu’il annule la généralisation du compteur chez les particuliers. L’association considère qu’en l’état Linky « ne répond pas aux exigences normatives européennes et nationales, et, en conséquence, n’est pas au service des consommateurs pour une meilleure maîtrise de leur consommation énergétique et de leur budget ». Principal grief, l’absence d’affichage en temps réel de la consommation dans l’espace de vie. Or, c’est justement parce que Linky a été présenté comme un outil au service des économies d’énergie que l’ancien gouvernement a annoncé son installation dans 35 millions de foyers à partir de 2013.

L’UFC-Que choisir remet aussi en cause les phases de test effectuées à Lyon et en Touraine, et dénonce une « privatisation de l’accès aux données de la consommation ». L’association de défense des consommateurs signale également que le coût du compteur pourrait grimper jusqu’à 300 euros par compteur, alors même que le gouvernement Fillon s’était engagé sur sa gratuité. Pour elle, ce compteur Linky a été conçu « dans l’intérêt exclusif du gestionnaire de réseau et des fournisseurs d’énergie, et bien peu dans celui des consommateurs ». Attendue sur ce dossier, Nicole Bricq, la nouvelle ministre en charge de l’Énergie, est invitée à séparer ce qui relève du mensonge marketing et de la réalité.

(source texte : Bastamag.net)

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 19:27

 

 

Soutien à Alexis Tsipras et son parti Syriza, afin de leur  témoigner notre solidarité contre les attaques dont ils sont l'objet :

REJOIGNONS CEUX QUI VONT DANS LA MÊME DIRECTION : DÉFENDRE L'HUMAIN ET LE RESPECT DU PEUPLE. AGISSONS, IL N'EST JAMAIS TROP TARD !!!


La situation en Grèce est de plus en plus critique. Syriza et Alexis Tsipras sont la cible de pressions et d'attaques inimaginables par tous les grands médias et l'ensemble des autres partis pour qu'ils renoncent à leurs engagements de ne payer la dette et d'annuler les mesures d’austérité. Mais pour le moment, ils tiennent bon. Ils tiennent bon alors que les autres partis et organisations de la gauche grecque persistent à ne pas leur exprimer la moindre solidarité (quand ils ne les attaquent pas, parfois avec violence). Ils tiennent bon, même quand ils ne sont pas reçus par le nouveau gouvernement français. Ils tiennent bon, même sous le feu des critiques indignes de la présidente du FMI

C'est maintenant, que Syriza a besoin de votre solidarité, de la solidarité des mouvements sociaux et de la gauche partout en Europe! Alors, c'est à vous d'exprimer cette solidarité et de la manifester le plus vite possible.
Merci
!

Signer en ligne ici

Μηνυμα αλληλεγγυης στον Αλεξη Τσιπρα και στο Συριζα εναντια στις επιθεσεις που δεχονται.

ΑΣ ΕΝΩΘΟΥΜΕ ΟΛΟΙ ΟΣΟΙ ΑΚΟΛΟΥΘΟΥΜΕ ΤΗΝ ΙΔΙΑ ΠΟΡΕΙΑ ΥΠΕΡΑΣΠΙΖΟΜΕΝΟΙ ΤΟ ΣΕΒΕΣΜΟ ΠΡΟΣ ΤΗΝ ΑΝΘΡΩΠΙΝΗ ΥΠΑΡΞΗ ΚΑΙ ΤΟ ΛΑΟ.ΑΣ ΑΝΤΙΔΡΑΣΟΥΜΕ,ΠΟΤΕ ΔΕΝ ΕΙΝΑΙ ΑΡΓΑ!

Η κατασταση στην Ελλαδα γινεται ολοενα και πιο επικριτικη.Ο Συριζα και ο Αλεξης Τσιπρας ειναι ο στοχος απιστευτων επιθεσεων και πιεσεων απο ολα τα μεγαλα μεσα μαζικης ενημερωσης και απο το συνολο των αλλων παραταξεων για να ανακαλεσει τις δεσμευσεις οσον αφορα στην αρνηση πληρωμης του χρεους και στην ακυρωση των μετρων λιτοτητας.Προς το παρον αντιστεκονται!Αντιστεκονται παροτι τα αλλα κομματα και οργανωσεις της ελληνικης αριστερας επιμενουν να αρνουνται οποιαδηποτε ενδειξη συμπαραστασης(οταν βεβαια δεν τους επιτιθενται με απιστευτη βια).Αντιστεκονται ακομα και οταν η νεα κυβερνηση της Γαλλιας αρνειται να τους δεχθει!Αντιστεκονται στη λυσσαλεα και ανηθικη κριτικη της προεδρου του ΔΝΤ!

Ειναι λοιπον η στιγμη που ο  Συριζα εχει αναγκη την αλληλεγγυη σας,την αλληλεγγυη των κοινωνικων κινηματων και της αριστερας σε ολη την Ευρωπη!

Σας καλουμε να εκφρασετε την αλληλεγγυη σας και να αντιδρασετε το συντομοτερο δυνατο!

Ευχαριστω

 

Υπογραψτε την ηλεκτρονικη επιστολη

 

 

Support for Alexis Tsipras and his party Syriza, to show them our solidarity against the attacks the object of which they are: JOIGN THOSE WHO GO TO THE SAME DIRECTION: DEFEND THE HUMAN BEING AND THE RESPECT FOR the PEOPLE. LET US ACT, IT’S NEVER TOO LATE!!! The situation in Greece is more and more a criticism. Syriza and Alexis Tsipras are the target of pressures and inconceivable attacks by all the big media and all the other parties so that they give up their commitments to pay the debt and to cancel austerity measures. But for the moment, they stand firm. They stand firm while the other parties and the organizations of the Greek left persist in not expressing them the slightest solidarity (when they do not attack them, sometimes with violence). They stand firm, even when they are not received by the new French government. They stand firm, even under the fire of the despicable criticisms of the president of the FMIC' is now, that Syriza needs of your solidarité, the solidarity of the social movements and the left everywhere in Europe! Then, it belongs to you to express this solidarity and to show it as quickly as possible. Thank you!

Sign on here

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 18:17

 

Figure emblématique des anarchistes français, enseignante, communarde, écrivaine, poète, militante et propagandiste infatigable.
Fille naturelle d'une servante, elle naît le 29 mai 1830 au château de Vroncourt (Haute-Marne). Elevée au château, elle y reçoit une bonne éducation qui lui permettra de poursuivre des études pour devenir institutrice. Mais, déjà rebelle, elle refuse de prêter serment à l'Empire et préfère ouvrir une école libre à Audeloncourt (en 1853) puis à Millières (en 1855). Elle arrive ensuite à Paris où, poursuivant son œuvre éducative, elle prend part dès 1869 aux réunions politiques ; elle y rencontrera Jules Vallès, Eugène Varlin et surtout Théophile Ferré avec qui elle se lie.

Elle collabore aux journaux d'opposition et écrit de la poésie. Le 12 janvier 1870, habillée en homme et armée d'un poignard, elle est parmi la foule qui assiste aux funérailles du journaliste Victor Noir, assassiné. Après la chute de l'Empire, elle devient Présidente d'un Comité républicain de vigilance des citoyennes du 18ème arr. et dirige une école. Le 22 janvier 1871, en habit de garde national, elle participe à la fusillade de l'Hôtel de Ville contre le gouvernement accusé de lâcheté. Dès le 18 mars, elle prend une part active à la Commune de Paris où, toujours préoccupée d'enseignement elle se dépense sans compter, à la fois propagandiste au Club de la Révolution et collaboratrice du "Le Cri du Peuple" de Jules Vallès, prenant part aux combats et secourant les blessés. Durant la Semaine sanglante, elle tire ses dernières cartouches sur la barricade de la Chaussée Clignancourt et parvient à échapper aux Versaillais, mais elle se livrera pour faire libérer sa mère retenue en otage.

 

Le 16 décembre 1871, elle est condamnée par le 6e conseil de guerre à la déportation dans une enceinte fortifiée. Le 29 aout 1873 après 20 mois de prison elle est embarquée sur "La Virginie" en direction de La Nouvelle Calédonie où elle accoste quatre mois plus tard au bagne sur la presqu'île Ducos (c'est durant ce trajet qu'elle se déclare anarchiste). Elle s'intéresse alors aux Canaques à qui elle va dispenser des cours, et prendra ensuite la défense des tribus canaques lors de leurs révoltes contre le colonialisme.

Amnistiée en juillet 1880 avec les autres communards (après avoir refusé des mesures de grâce individuelle), elle arrive le 9 novembre 1880 à Paris où elle est accueillie triomphalement par les ouvriers parisiens. Elle reprend aussitôt son action militante et assiste en juillet 1881 au Congrès anarchiste international à Londres. Le 8 janvier 1882, elle est inculpée d'outrage à agent et condamnée à quinze jours de prison, suite à la manifestation marquant le 1er anniversaire de la mort de Blanqui.

Le 9 mars 1883, arborant un jupon noir comme drapeau, elle est en tête d'une manifestation des sans-travail, au cours de laquelle deux boulangeries sont pillées. Recherchée puis arrêtée, elle est condamnée le 22 juin 1883 à six ans de prison pour "incitation au pillage". Libérée en janvier 1886 elle devient rapidement la figure de proue des anarchistes donnant d'innombrables conférences à travers la France. Le 3 juin 1886 lors d'un meeting de solidarité avec les grévistes de Decazeville, elle est condamnée à quatre mois de prison pour insultes envers le gouvernement (mais bénéficiera d'une remise de peine). Elle mène alors une intense propagande en faveur de la grève générale. Le 22 janvier 1888, lors d'une conférence au Havre, un individu tire 2 coups de revolver sur elle. Blessée d'une balle à la tête, elle fera pourtant tout pour obtenir la grâce de son agresseur. A nouveau inquiétée suites aux émeutes du 1er mai 1890 à St-Etienne et à Vienne, elle s'exile alors en Angleterre. Elle y retrouve le communard Rochefort et se lie avec les nombreux anarchistes exilés dont Kropotkine. Elle ouvre une école libertaire pour les enfants de réfugiés, qu'elle est contrainte de fermer quelques semaines plus tard suite à une provocation policière. En 1895, elle se rend à Paris puis accompagne Sébastien Faure dans une tournée de conférences et fonde avec lui "Le libertaire".

Après de nombreux aller-retour entre Londres et Paris (avec la police aux trousses), elle rentre en France en 1904 et va poursuivre avec Ernest Girault une tournée de conférences qui l'amènera jusqu'en Algérie. De retour, très affaiblie, elle meurt dans un hôtel de Marseille le 9 janvier 1905, à l'issue d'un meeting.
Le 22 janvier 1905, ses funérailles entre Paris et le cimetière de Levallois-Perret seront suivies par une foule immense.

Déclaration devant le tribunal en 1883, après la manifestation de chômeurs qui lui vaudra d'être condamnée à six ans de prison.

" S'il y a une coupable à vos yeux, c'est moi, et moi seule. J'ai fanatisé tous mes amis. Je ne vois que la révolution. C'est elle que je servirai toujours. C'est elle que je salue. Puisse-t-elle se lever sur des hommes au lieu de se lever sur des ruines."

(source texte : ephemanar)

  

  

« La tâche des instituteurs est de donner au peuple les moyens intellectuels de se révolter » (Mémoires 1886)

  

  

 

 

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article