Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 19:27

 

 

 

ump-gay.gif

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 17:26

 

Communiqué du D.A.L.

 

Fermeture des hébergements plan grand froid : illégal

 

Après l’ordonnance du Conseil d’État, rappelant que le droit à l’hébergement d’urgence est une liberté fondamentale La mise à la rue de sans-abris hébergés dans des gymnases et locaux ouverts pour le plan grand froid niveau 2 et 3 est brutale et illégale.

Rassemblement mercredi 15 février 14h30, devant le Ministère du logement - 246 Bd St Germain

Aujourd’hui, dans toute la France des sans-abris sont remis dans la rue en toute illégalité, conséquence de la fermeture des locaux ouverts pour les niveaux 2 et 3 des plans grands froid.

L’ordonnance du Conseil Constitutionnel rendue vendredi dernier a confirmé que le droit à un hébergement d’urgence, dont peux bénéficier toute personne sans-abri en situation de détresse s’impose à l’État, et constitue une liberté fondamentale.

De plus, l’article 645-2-3 du code de l’action sociale et de la famille précise que : “Toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir y bénéficier d’un accompagnement personnalisé et y demeurer, dès lors qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée. Cette orientation est effectuée vers une structure d’hébergement stable ou de soins, ou vers un logement, adaptés à sa situation”.

Pour que l’État mette fin à cette violence sociale meurtrière, maintienne tous les hébergements jusqu’à l’orientation des personnes, et respecte les lois, Droit Au Logement, l’union Syndicale Solidaire, le Comité des Sans Logis, et tous les mouvements qui s’y associent, manifesteront demain devant la Ministère du logement.

Application des lois :
- Respect de l’obligation d’accueil inconditionnel des sans abri, jusqu’au relogement
- Relogement immédiat de tous les prioritaires DALO
- Application de la loi de réquisition

Un toit c’est un droit !

 

 

10 mars : Manifestations dans toute la France contre les expulsions, le logement cher, pour le Droit au logement



31 mars : mobilisations contre la remise à la rue des sans logis





 

Droit Au Logement 

Fédération Droit Au logement – 29 Avenue Ledru Rollin - 75012 Paris tél : 01 40 27 92 98 • fax 01 42 97 40 18 •

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 16:57

 

Les ministres des finances de la zone euro ont convenus par téléphone d'abandonner leur projet de se réunir mercredi sur le dossier grec, a annoncé le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker, ajoutant qu'une nouvelle réunion aurait lieu le 20 février. Jean-Claude Juncker prévoyait à l'origine de tenir une réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles. Il a expliqué avoir changé ses plans parce qu'il voulait recevoir l'assurance des dirigeants politiques grec que les réformes seraient mises en œuvre. Déjà que le parlement grecque étrangle sont peuples maintenant les dirigeants européens veulent voir les cadavres.

 

Mais revenons au parlement grec, saviez-vous que les 300 députés grecs de la Vouli (le parlement monocaméral local) sont parmi les mieux payés d’Europe ? Et qu’ils refusent fermement toute baisse de salaire, alors qu’ils n’hésitent pas à réduire les revenus de leurs compatriotes ? Un sens très particulier de la solidarité dans un pays qui s’enfonce chaque jour un peu plus dans la crise. Ce n’est pas un hasard si les manifestants grecs hurlent « kleptes » (voleurs) dès qu’ils passent sous les fenêtres du Parlement, place Syndagma.

 

En effet, le salaire mensuel net d’un député grec s’élève à la coquette somme de 8500 euros nets par mois. À cela il faut ajouter une indemnité pour frais de 4900 euros, une indemnité pour participation aux commissions parlementaires de 1200 euros, une indemnité de logement de 1000 euros (pour les députés de province), un forfait de 1800 euros pour les frais de bureau ainsi que les transports gratuits. Soit un joli pactole.

 

 

Depuis 2011, les déclarations de patrimoine des élus sont publiées sur internet (page inaccessible…) alors qu’auparavant seuls les journalistes accrédités à la Vouli y avaient accès. Seule limite de l’exercice, la famille n’est pas obligatoirement concernée par cette déclaration de patrimoine. Or, beaucoup de députés ont des femmes ou des maris immensément riches… Voici les revenus et patrimoines de quelques vedettes politiques locales pour l’année 2009 :

 

- Georges Papandreou, ancien premier ministre grec : 122 113,94 euros au titre de son salaire de député et 6926,15 euros de revenus divers. Une maison à Athènes sise sur un terrain de 640 m2. Un portefeuille boursier au nom de son épouse de 228.000 euros. Une épargne de 61.379 euros. Papandreou n’a rien hérité de son père, Andreas, lui-même ancien premier ministre : « je vous lègue mon nom », a-t-il dit à ses enfants. C’est la seconde femme de son père, l’hôtesse de l’air « Mimi », qui a fait main basse sur ses biens…

 

- Antonis Samaras, leader de la Nouvelle Démocratie (droite) : 107.150,05 euros au titre de son salaire de député et 110.695,28 euros de revenus divers. 5 terrains dont un situé dans la banlieue chic d’Athènes et un appartement (pas de valeur déclarée). 285.467 euros d’épargne déposés dans une banque belge, la KBC, et 8951,94 euros dans une banque grecque. Enfin, 3500 actions d’une compagnie de ferry.

 

- George Karatzaferis, leader du Laos (extrême droite) : 268.074 de revenus divers plus une fortune foncière.

 

- Konstantin Karamenlis (ancien premier ministre, Nouvelle Démocratie) : 130.335 euros de salaire. Un portefeuille boursier (vente de 600.000 euros et achat de 300.000 euros en 2009). Une épargne de 600.000 euros. Et bien sûr, des propriétés foncières.

 

- Dora Bakoyanni (leader de l’Alliance démocrate, scission de la Nouvelle démocratie) : 129.385 euros de salaire. Des propriétés immobilières (dont deux terrains en Savoie). Un compte à la Deutsche Bank (857.461 euros) et un autre dans un établissement grec (182.289 euros). Son mari est millionnaire.

 

- Aleka Papariga (leader du KKE, le parti communiste stalinien) : 91.750 euros pour son salaire de députée et 43.401,25 euros pour sa retraite, une « grande partie » étant versée à son parti, ce qui est sans doute vrai, le KKE fonctionnant comme une secte.

 

 

Et tout cela ne concerne que la partie émergée de l’iceberg, la fraude fiscale étant un sport national en Grèce. Comme si cela ne suffisait pas, 121 députés ou anciens députés (dont 52 du PASOK et 66 de la Nouvelle Démocratie) viennent de réclamer environ 250.000 euros chacun à l’État (soit plus de 30 millions d’euros) d’arriérés. Pourquoi ? Suivez bien : les présidents des trois cours suprêmes grecques ont obtenu que leur salaire soit aligné sur celui du mieux payé des fonctionnaires grecs, le président de la commission nationale des postes et communication, un protégé de Karamenlis le petit qui lui a fait cadeau d’un salaire royal. Or, en vertu de la Constitution grecque, le salaire des députés ne peut être inférieur à ceux des trois présidents des cours suprêmes…

 

Quoi qu’il en soit, par comparaison, les députés français (qui ont aussi refusé en novembre dernier une baisse de 10 % de leur salaire) font presque miséreux (enfin façon de parler) avec 5247 euros nets de salaire, 6412 euros pour frais divers, 9138 euros pour payer des assistants, transport et téléphone gratuit. Les Italiens, longtemps les mieux payés d’Europe, ont du consentir des sacrifices en 2006, une baisse de 10 %, en 2007, un gel pour six ans, en 2011, une baisse de 10 % pour les députés gagnant plus de 90.000 euros bruts par an et de 20 % pour ceux qui déclarent plus de 150.000 euros. Mais ils sont loin d’être à plaindre ils peuvent compter en plus sur une indemnité de résidence de 3500 euros pour ceux qui n’habitent pas Rome, une indemnité pour frais de 3690 euros, etc. Tout compte fait, les députés allemands sont les plus raisonnables (voyez dans ce raisonnable de l’ironie) ils n’ont droit qu’à un salaire de 7688 euros net par mois, sans indemnité supplémentaire.

 

Et pendant ce temps là les parlementaires grecs ont baissés le smic de 22 % à 586 euros et le reste de l’Europe n’est pas mieux lotis car tous ces dirigeants, dont Zebulon 1er est en tète de course, ont comme idée de supprimer, voir rogner se salaire minimum. Ils y a longtemps que nous avons arrêtés de rêver en ce système capitalisme. Mais notre but est aussi de convaincre nos camarades du danger de celui et de son système parlementaire actuel tenu par une oligarchie, qui s’en met plein les poches. Et tous ensembles nous devons lever le poing pour détruire tout cela et construire sur ces ruines un système libertaire synonyme de liberté, de solidarité, de proximité, de respect, de consensus, d’égalité, d’entraide et de culture.

 

Comme le disent les camarades de la F.A. de Béthune  d'où je tire cet article :

"Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir."

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 22:08

 main-rouge-1

 

Le CTPD de ce 14 février dans le Pas de Calais a bel bien confirmé la logique (logique ??) de la calculette aveugle. Il ne s'agaissait pas d'améliorer la qualité du service publique d'éduction, il s'agissait de rendre, de supprimser des postes.

Un seul exemple (parmi d'autres)

 

A l'issue du groupe de "travail" du 24 janvier :

propositions de fermetures de postes de psychologues scolaires :

        Bully les mines

        Calais 2

        Marquise

        Saint-Omer 1

        Saint Pol / Ternoise

 

 

Il fallait

 

rendre 5 postes

 

A l'issue du CTPD de ce 14 février :

 

14 fév psy

 

Bien sûr, on peut se réjouir parce que certains postes sont sauvés (pour l'instant)....

Mais comment se réjouir de postes provisoirement sauvés, alors que les besoins sont croissants ???

 

Mais, au bout du compte, la calculette a recraché ce qui était demandé :

 

5 postes

 

ont été rendus !

 

flickr-2959016346-image.jpg

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 18:13

 

 

En ce 14 février se réunissait le CTPD, vous trouverez ci-dessous l'étendue des dégats et la poursuite du massacre de l'école publique engagé depuis 5 ans :

 

14 fév G

 

 

14 fév E

 

14 fév psy

 A celà s'ajoute le choix du ministère de sacrifier 50 % des centres de formation des psychologues scolaires !!

 

 

14 fév BD REP

 

14 fév spé

 

 

La suite ICI   (source SE UNSA 62)

sauf erreur 120 fermetures

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 12:22

 

 

 


Communiqué de presse

 

 


La communication sélective du ministère de l'Education nationale

 

Le ministère de l’Education nationale vient de décider  de fermer la moitié des centres de formation des psychologues scolaires.  Mais, étrangement, alors que la communication « poudre aux yeux »  du ministère sur l’enseignement des langues vivantes a été savamment  orchestrée la semaine dernière, cette décision, prise quelques jours plus  tard, a été passée sous silence… A quelques semaines d’échéances  électorales majeures, la FCPE dénonce une communication sélective.

 

Après avoir supprimé des milliers de postes en RASED, réduit  les départs en formation de ces personnels, voilà que l’on organise  discrètement le tarissement des recrutements de psychologues scolaires en  fermant les centres de formation d’Aix-Marseille Grenoble et Lille pour ne  garder que ceux de Bordeaux, Lyon et Paris. La décision a été prise au  ministère, sans annonce officielle, sans concertation aucune avec les  formateurs des centres supprimés, et en informant par courrier les  stagiaires. La communication du ministère est sans doute prévue pour plus  tard, pour constater l’extinction d’un métier faute de  candidats…

 

Le ministère était beaucoup plus disert pour présenter ses  propositions pour l’enseignement des langues vivantes, nappées de  principes généreux quant à l’égalité de tous les élèves.

 

Mais les propositions de « globalisation » des  heures d’enseignement de langues vivantes au collège n’avaient  manifestement d’autre objet que de créer une polémique sur le statut  des enseignants. Elles ne répondent en rien aux défis de l’enseignement  des langues vivantes. Pour pouvoir améliorer le système, il faut transformer  la relation pédagogique en classe et non supprimer 4 000 postes  d’enseignants de langues ainsi que les itinérants qui intervenaient  dans le 1er degré. Ces mesures ne sont que des cache-misères, des  moyens d’organiser la   pénurie. L’urgence serait peut-être plutôt de remplacer  la centaine de journées d'absence non remplacées depuis septembre dernier de  professeurs de langues en collège dans la seule académie de Lyon !

 

Derrière la communication, la politique du gouvernement en  matière d’éducation ne change pas.


 

Contact Presse

Laurence GUILLERMOU

Tél : 01.43.57.16.16

 

 

 

 

Fédération des Conseils

de Parents d’Elèves

des Ecoles Publiques

 

108-110 Av. Ledru-Rollin

75544 PARIS Cedex 11

 

Tél : 01.43.57.16.16

 

e-mail : fcpecom@fcpe.asso.fr

Site : www.fcpe.asso.fr

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 18:55

cri-du-coron.jpg

 

--
--
Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 18:45

 

Communiqué de Sud Education

Annonces de Luc Chatel sur l’annualisation et la globalisation : comment faire la peau du statut des enseignants !

Après les suppressions massives de postes, l’accumulation des réformes régressives, le saccage de la formation des enseignants conséquence de la mastérisation (stagiaires affectés en temps plein face aux élèves), alors que se mettent en place de redoutables outils de flicage et de contrôle (cahier de texte numérique, mise en place de la réforme de l’évaluation), ce gouvernement poursuit ses attaques en annonçant la mise en place de la « globalisation » et de « l’annualisation », dès la rentrée 2012.

Ces menaces ont été proférées à l’occasion de la remise mardi 7 février du rapport du « Comité stratégique sur l’enseignement des langues », think tank ministériel installé en avril 2011, et clairement chargé dès l’origine de préconiser de telles mesures. Cette commission aux ordres, qui ne comprend d’ailleurs aucun enseignant du second degré, n’a aucune légitimité. Peu lui importent les intérêts des élève, elle n’est là que pour donner une caution pédagogique à la casse du statut des enseignants ! Sinon, pourquoi ne pas avoir consulté les collègues sur le terrain ? C’est bien à ces collègues qu’il revient de faire un diagnostic et des propositions pour le renforcement de l’apprentissage des langues.

De quoi s’agit-il ?

A propos du seul collège (pour le moment, mais la commission doit apporter des conclusions sur l’ensemble de l’éducation, de la maternelle à l’université…) la globalisation permettrait « de répartir le temps attribué aux langues selon les langues et les années" de la 6ème à la 3ème. "Il y a des moments où il faut concentrer les apprentissages" a précisé le ministre, et d’autres où c’est moins utile. Parmi les moments utiles, on note les vacances scolaires, puisqu’elle y préconise l’organisation de stages. Dans cette perspective, l’annualisation doit permettre de trouver des enseignants pour encadrer ces stages.

De graves menaces pour les personnels et les élèves

Selon les décrets de 1950 qui régissent nos obligations de service, notre emploi du temps est défini en maximum hebdomadaire. Avec l’annualisation, il sera défini en nombre d’heures annuelles réparties sur le nombre de semaines travaillées. Mécaniquement, il y aura un alourdissement de notre charge de travail. Ce sera donc un levier supplémentaire pour continuer à supprimer des postes. Cela sera particulièrement sensible dans les lycées professionnels où les élèves sont en stage une partie de l’année. Nous serions aussi amenés à travailler dans un cadre évolutif sur l’année scolaire, pendant tout ou partie des vacances scolaires, et avec quelle compensation salariale ? Mais surtout, ce projet signifie la fin de nos statuts, et ce pour tous les enseignants, ouvrant la voie à une annualisation généralisée. Le ministre, en évoquant les perspectives « d’un nouveau statut », a été très clair ! Et l’on sait que cela fait partie du projet du candidat Sarkozy pour l’éducation, et de la campagne idéologique démagogique de dénigrement des « privilèges » des fonctionnaires. Par ailleurs, pour les élèves, comment admettre que la solution offerte par le ministère soit un bricolage d’emploi du temps dans aucune justification pédagogique réelle, et des stages pendant les vacances, alors même que ce même ministère supprime des postes d’enseignants, et en particulier, depuis des années, des heures de langues vivantes !

Pour SUD éducation ce projet doit être abandonné. Nous appelons l’ensemble de nos collègues à construire dans l’unité les mobilisations pour faire reculer le gouvernement.

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 19:25

 

Dans un prédent article, je faisais part de la fin du centre de formation de Lille pour les psychologues scolaires

voir ici )

 

En fait, il s'avère que la moitié des centres de formation passe à la trappe !!!

 

Lille, Aix-Marseille, Grenoble sont sacrifiés, sous prétextes d'économies, de manques de stagiaires (alors que des postes sont supprimés) et d'optimisation !!!

 

Officiellement, le DRH laqué du ministère de l'éducation nationale ne met pas fin aux missions et à la formation des psychologues scolaires...pourtant le DRH laquet contribue bel et bien à leur mise à mort.

Il participe ainsi au démentèlement des dispositifs d'aide aux élèves en difficulté

 

 

 

deps 1

deps-2-copie-1.jpg

 

 

Répartition des centres de formation à l'heure actuelle :

 

6 centres

 

répartition des centres selon le MEN :

3 centres

 

A titre indicatif :

Lille / Boulogne Billancourt : 2h30

se loger à Boulogne-Billancourt ?.....................

 

 

 

Question subsidiaire aux candidats à l'érection présidentielle :

 

 Quelle est votre vision de l'aide aux élèves en difficulté ?

 Quelle est votre vision des RASED et des psychologues scolaires ?

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 15:26

 affiche_dememoiresdouvriers.jpg

 

Un film de Gilles Perret

Ce film commence par une histoire locale et finit par raconter la grande histoire sociale française !
De la naissance de l'électrométallurgie, en passant par les grands travaux des Alpes et la mutation de l'industrie, jusqu'au déploiement de l'industrie touristique, c'est l'histoire ouvrière en général que racontent les hommes rencontrés par Gilles Perret.
Dignes et lucides, ils se souviennent de ce qu'ils furent et témoignent de ce qu'ils sont devenus dans la mondialisation.

 Sortie nationale le 29 février 2012
--
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article