Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 15:41

 

Perquisition chez des militants à Nancy.
Qui nous protège de la police ?
« Nous sommes 3 étudiants et vivons en collocation à Nancy.
Ce matin, le 26 janvier 2012 à 7h30, des policiers en uniformes et en civils sont venus tambouriner violemment à notre porte en nous sommant d’ouvrir, sans aucune explication ni preuve d’autorisation justifiant leur présence. Pris de panique, nous n’avons pas ouvert la porte. Devant notre réaction ils sont montés chez nos voisins du dessus. Ceux ci ont ouvert alors que les policiers leurs signifiaient qu’ils recherchaient un individu, leurs ordonnant de les laissé rentrer à l’intérieur. Nos voisins ont demandé un document justifiant leur requête, les policiers ont rétorqué qu’ils n’étaient pas « aux Etats-Unis ». Ignorant leurs droits nos voisins les ont laissés entrer. Après un rapide état des lieux et voyant qu’il n’y avait personne, ils sont ressortis. Suite à cela, ils sont revenus à notre étage pour recommencer leurs sommations.
Au bout de trente minutes ils ont enfoncé la porte et environ 4 ou 5 policiers en civils et en uniformes sont entrés. Nous étions deux dans une chambre (une habitante et l’un de ses amis) et le troisième dans une autre. L’un des policiers est alors entré arme au poing dans la première des chambres sans demander nos identités. Une personne était dans le lit et l’autre debout, voyant que cette dernière n’était pas l’individu recherché le policier l’a écarté et s’est précipité sur le lit. La personne qui s’y trouvait lui faisait face et a immédiatement levé les mains en l’air ce qui n’a pas empêché le policier de le gifler violement, de l’immobiliser sur le lit avec ses genoux avant de braquer son arme sur sa tempe. Ne l’identifiant pas comme la personne recherchée, il a relâché son étreinte et la menacé du poing. En même temps, d’autres policiers fouillaient l’appartement (fouille des placards, matelas retournés, toutes les pièces visitées et une valise d’ouverte). Une chambre dont la propriétaire était absente a été fouillée. A ce moment l’une des habitantes a demandé si ils avaient un mandat pour perquisitionner et un policier lui a simplement rétorqué que « nous n’étions pas dans série TV » et que de toutes façon ils « avaient l’autorisation du parquet pour ouvrir la porte ». Cependant aucune autorisation officielle ne nous a été présentée. Après avoir pris nos identités et celles de nos voisins, ils sont ensuite repartis comme ils sont arrivés, sans plus d’explications.
En tant que militants politiques nous prenons part depuis un certain temps aux luttes sociales sur Nancy et ailleurs et sommes exposés à la répression policière. Depuis un an cette répression va crescendo, entre coups de pression dans la rue et convocations officieuses, les coups tordus se multiplient. Mais aujourd’hui nous avons franchi un nouveau cap et cela nous pousse à sortir de notre mutisme, à dénoncer cet usage abusif et illégitime de la force, cette violence policière tant psychologique que physique. Nous condamnons ces actes, malheureusement trop répandus à Nancy comme ailleurs.
Des personnes révoltées.
(source  forum social local nancy  )
Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 22:00

poursuite.jpg

 

Avec de la colle et des ciseaux...

illustration perso de la chanson de Ridan

 

 

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 18:59

 

 

 

 

31-janv-1.jpg

 

31-janv-2.jpg

 

31-janv-3.jpg

 

 

31-janv-4.jpg

 

31-janv-5.jpg

 

 

31-janv-6.jpg

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 19:14

 

 

En 2012, le Festival International des Très Courts lance un appel à candidatures de films très courts (3min max hors générique et titre) pour sa sélection spéciale "Monde d'avant, monde d'après"  

 
Cette sélection vise à donner la parole aux réalisateurs sensibles aux nombreux bouleversements qui transforment notre monde actuel. Le changement est en marche, et les images sont là pour nous le rappeler.

 

 

  
L'inscription des films est gratuite sur trescourt.com et se clôt le 10 Février prochain
 
mannequin punk tête
Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 16:28

cri 1

 

Disparition des RASED, communiqué de Gilles Leproust


 

M. l’Inspecteur d’académie a annoncé, le vendredi 20 janvier, la fermeture des postes d’enseignants dédiés à l’aide spécialisée aux élèves en difficulté (RASED).

Ces dispositifs d’accompagnement scolaire, forts utiles et appréciés par de nombreux enfants et familles d’Allonnes, ont montré leur efficacité pour lutter contre les inégalités sociales. Leur disparition serait funeste et annonciatrice d’une aggravation terrible des conditions d’enseignement d’élèves déjà en difficulté.

L’ensemble des maîtres spécialisés dans l’aide pédagogique au sein des RASED appelle à un rassemblement mardi 24 janvier à 18h30 sur le parvis de l’Inspection académique, 34 rue de Chanzy – 7200 Le Mans.

Gilles Leproust, Conseiller général et maire d’Allonnes, solidaire de cette action, soutient les parents d’élèves, les enseignants, les associations de défense de l’école publique et l’ensemble de la communauté éducative dans cette action pour, non seulement refuser la fermeture des postes RASED, mais aussi pour que l’Ecole de la République dispose des moyens nécessaires à ses missions.

(elunet.org)

 

(source photo : brest.letelegramme.com)

 

ALERTE SUR LA DISPARITION DES RASED

 

Parents,

PREVISIONS POUR LA RENTREE 2012 :

14 000 postes supprimés dans l’éducation nationale

5 700 dans les écoles primaires dont 3000 postes RASED.

Dans le Gers, 25 suppressions sont annoncées : 13 hors la classe dont majoritairement des postes RASED.

L’existence des RASED, structures indispensables à tous les élèves, est aujourd’hui compromise. Alors que les moyens des RASED ont toujours été insuffisants pour couvrir les besoins, alors que la plupart des RASED sont déjà largement incomplets, c’est aujourd’hui une véritable disparition qui est programmée !

Cette politique de suppression de postes va à l’encontre des besoins des élèves et des écoles, conduit à un renforcement des inégalités dans les écoles publiques. Elle compromet l’avenir de milliers d’élèves.

(...)

Votre soutien est indispensable lors des différentes actions prévues pour la défense d’une école publique de qualité,

LES RASED DU GERS

 
 
2 500 RASED supprimés : le scénario se confirme

Département par département, le voile sur la nature des 5 700 postes supprimés à l’école primaire pour la rentrée prochaine se lève peu à peu. Première cible, les postes RASED consacrés aux aides spécialisées pour les élèves en difficulté connaissent une véritable purge.

Selon un premier comptage effectué par le SNUipp-FSU et portant sur 50 départements, plus de 1170 suppressions de postes d’aides spécialisées – maîtres E et G (1) – sont déjà annoncées.

Au final, ce sont près de 2 500 postes qui risquent d’être totalement liquidés, comme l’avait malheureusement estimé le SNUipp-FSU en octobre dernier. Ils s’ajoutent aux 2 500 emplois de RASED déjà effacés entre 2008 et 2011. En 5 ans, ce sera donc près d’un tiers de l’effectif total des RASED, essentiellement des maîtres E et G, qui aura disparu des écoles.

(...) Dans ce contexte, le SNUipp-FSU appelle à la réussite de ses 101 grèves et manifestations, et du temps fort du 31 janvier. L’exigence de la suspension des suppressions de postes et une politique ambitieuse pour l’école primaire sont au coeur de ces mobilisations.

 

(source : snuipp.fr  )

 

 

 

Durban : la lutte jusqu'au bout

Les parents d'élèves du canton de Durban-Corbières sont en colère et le font savoir. Hier matin, ils se sont mobilisés pour dire « non » à la suppression des 4 postes qui sont menacés au sein de leur école et du canton (aide administrative, maître E du Rased, brigade de secteur, conseiller pédagogique d'occitan). « Ces mesures constituent un handicap supplémentaire pour les élèves des milieux populaires et le Gouvernement qui prend ces décisions n'ignore rien de ces conséquences. C'est toute l'école publique qui est en danger », souligne Aïda Duparcq, parent d'élève. Les élus locaux, les parents des autres écoles, ainsi que le conseiller général du canton sont venus soutenir ce mouvement. Les parents d'élèves tiennent à les remercier pour la pétition qu'ils ont signée en faveur de leur école. Des parents d'élèves qui appellent à manifester bruyamment devant l'école primaire mardi prochain 31 janvier.

(ladepeche.fr)

 

 

                     Narbonne, lettre ouverte aux élus

En octobre 2011, deux députés, Xavier Breton et Gérard Gaudron annonçaient dans un rapport relatif au projet de budget 2012 : "L'exécution du projet 2012 dans le premier degré, avec comme contrainte la suppression de 5700 postes dans l'enseignement public (premier degré) sans fermeture nette de classe, obligera les RASED à fournir une "contribution", nous mettons des guillemets, très substantielle."

Nous y sommes ! Après plusieurs années consécutives de suppressions de postes à l'Education nationale, l'hémorragie continue. De plus en plus d'enfants en difficulté ne sont plus pris en charge et la disparition des RASED est imminent. Dans les écoles maternelles et élémentaires, les équipes du RASED ont pour mission d'apporter des aides spécifiques auprès des élèves en difficulté. Constituées d'enseignants spécialisés et de psychologues scolaires, elles travaillent en lien étroit avec les enseignants, les parents et les partenaires extérieurs.

L'école ne peut pas faire l'impasse sur le traitement de la grande difficulté scolaire.

Les personnels spécialisés tiennent une place importante de médiateurs entre tous les acteurs :

Exit le travail du maître E chargé de la remédiation pédagogique auprès de petits groupes d'élèves.

Exit l'intervention des rééducateurs (maîtres G) qui, par d'autres stratégies, accompagnent nos enfants vers une place d'élève.

Exit les actions de prévention, principalement en maternelle, qui permettent d'éviter l'enkystement de la difficulté et non un dépistage discriminatif.

A l'heure où l'école française est pointée du doigt quand elle peine à atténuer les inégalités sociales et à réduire les écarts de résultats obtenus lors des enquêtes internationales, - Exit l'aide aux plus défavorisés.

L'école peut-elle accepter de laisser sur le bord du chemin certains de ses élèves en souffrance ? Pour que l'école de la république reste le premier lieu où l'enfant construise son projet d'avenir et son devenir de futur citoyen, Quels projets ? Quelles solutions ? C'est pourquoi le collectif audois "Sauvons notre école et gardons nos RASED" vous demande de vous engager publiquement contre toutes les suppressions de postes - spécialisés ou non - dans l'Éducation nationale.

(lindependant.fr)

Devant l’IUFM, hier, les parents d’élèves et écoliers avec les profs des Rased.

 

Épinac Les parents entrent en résistance

Si rien n’est définitif à ce jour, il n’en demeure pas moins que l’annonce de la suppression éventuelle de deux classes ainsi que le départ pour Autun du Rased à la prochaine rentrée, ne passe vraiment pas ici. Les parents ne comprennent pas que l’on veuille enlever des moyens alors que les effectifs annoncés sont en hausse : Maternelle Gouze 85 dont deux tout-petits à la rentrée 2011, attendus 85 dont 33 petits (3 ans) tous identifiés auxquels viendraient s’ajouter 12 tout-petits (2 ans) soit un total de 97 – en primaire l’effectif passant de 142 à 149 à la rentrée 2012. Ceci alors que la municipalité qui a beaucoup investi et investit encore pour les écoles qui tiennent à l’accueil des tout-petits, d’autant plus que si une classe ferme ici, un poste d’Atsem disparaît aussi. Les parents s’insurgent aussi contre le départ du poste de Rased sachant que 29 enfants en difficulté sont suivis actuellement, montrant bien les besoins sur ce secteur. Devant cette menace, les parents lancent toute une série d’actions afin que ce scénario disparaisse des intentions de l’Éducation nationale (voir page 2 du cahier de l’édition d’Autun). À noter que pour la première fois ici, tous les enseignants sans exception suivront le mouvement de grève mardi 31 janvier. Un vrai ras-le-bol !

(lejsl.com)

Dans le Pas de Calais :

- RASED : 61 suppressions (27 postes E, 29 postes G, 5 postes psy)

- BD REP : 26 suppressions

- classes : 130 fermetures à l'étude!!

 

Dans le Nord :

37 suppressions de postes RASED prévues

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 19:01

 

Pas de Calais

A la suite du groupe de travail de ce jour, vous trouverez ci-dessous les propositions de l'administration.

 

Comme nous nous y attendions , la carte scolaire est particulièrement douloureuse encore cette année.

 

 

Le CTSD aura lieu le 14 Février

 

 

 

 

 

rased-24-janv.jpg

--

 

BD-REP.jpg

 

 

La suite, tout aussi saignante : ICI

 

(source : SE-UNSA 62 )

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 19:17

 

                  

 

                    

 

Communiqué commun Solidaires / SUD Rail / Union Solidaires Transports / SUD Aérien / Alter / SUD Solidaires Prévention et sécurité

 

 

Le 24 janvier, les député-e-s qui seront présent-e-s à l’Assemblée nationale examineront une proposition de loi visant à restreindre le droit de grève dans les transports aériens, terrestres et maritimes.

Très régulièrement, des député-e-s en mal d’inspiration déposent des propositions de loi visant à restreindre les quelques droits dont disposent les salarié-e-s au sein des entreprises, à commencer par celui de faire grève. C’est ce qui s’est produit en novembre 2011, la Droite voulant ainsi « répondre » à une grève du Personnel Naviguant Commercial du secteur aérien. Le mois de décembre a été marqué par la grève reconductible des salarié-e-s de la sûreté aéroportuaire. L’occupation des postes de travail des grévistes par la Police et la Gendarmerie a montré que le patronat sait trouver du côté gouvernemental un appui sans limite !

Le projet de loi déposé en novembre refait alors surface, agrémenté d’amendements qui en aggravent encore la portée liberticide et antisociale. Sous couvert d’information vers les usagers, les représentant-e-s du Patronat à l’Assemblée nationale s’attaquent aux droits des travailleurs/ses, aux libertés de tous !

* Le projet de loi soumis à l’Assemblée le 24 janvier impose dans le secteur aérien ce qui a été infligé aux salarié-e-s des transports terrestres en 2007 :
- allongement de la durée du préavis
- déclaration individuelle d’intention de faire grève à déposer 48 heures avant celle-ci.
Il « découvre », mais pour les seules périodes de grève, les besoins de service public dans des secteurs (prévention/sécurité, manutention, etc.) livrés aux entreprises privées.

* Plusieurs amendements élargissent ces dispositions aussi au secteur maritime.

* Le projet et ses amendements renforcent le dispositif antigrève, y compris dans les transports terrestres (ferroviaire, urbains) :
- invention d’un service minimum pour les trains de marchandises (mêlant là aussi entreprises publiques et privées !)
- déclaration individuelle d’intention de se mettre en grève devant être renouvelée toutes les 24 heures.
- et même préavis de 24 heures pour avoir le droit de reprendre son service !

Ce projet contient des dispositions certainement inapplicables : comment obliger un-e salarié-e à se déclarer gréviste 48 heures avant le début d’une grève dans une entreprise où il n’y a pas de notion de préavis de grève ? Comment obliger un-e gréviste à ne reprendre le travail que plus de 24 heures après l’avoir décidé ? Pourquoi reprendre la notion de déclaration individuelle renouvelée toutes les 24 heures alors qu’en 2007 le Conseil constitutionnel a implicitement confirmé qu’une seule déclaration s’imposait ?

Le souci de ces député-e-s n’est pas d’améliorer les conditions de transport des usagers.
- En quoi essayer d’interdire les grèves de 59 minutes, et avoir des mouvements plus longs, sera utile aux usagers ?
- En quoi obliger le personnel soumis à la procédure de la déclaration individuelle à attendre 24 heures avant de reprendre son service, sera utile aux usagers ?
- En quoi l’amélioration de l’information sera-t-elle utile aux usagers, lorsque cela ne porte que sur les périodes de grève, et pas sur les problèmes techniques, organisationnelles, de sous-effectif, ou encore climatiques ?


Avec ce projet, le patronat tente également d’instituer une consultation sur la poursuite ou non de la grève au bout de 8 jours … une consultation organisée par les directions d’entreprise. La grève appartient aux grévistes, son déroulement, sa poursuite ou son arrêt aussi. Ce n’est ni aux patrons, ni aux non-grévistes d’en décider !

Le droit de grève n’est pas négociable ! Le service offert – tout au long de l’année - aux usagers des transports est améliorable, tout comme les conditions de travail de celles et ceux qui l’assurent : c’est à cela que devrait travailler les député-e-s !

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 22:09
 
N'hésitez pas à partager
Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 15:32
Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 17:40

 

 

 

Parents de Penanguer opposés à trois fermetures.

Des parents d'élèves de l'école de Penanguer ont commencé à se mobiliser, hier, contre les suppressions envisagées de trois postes d'enseignants à la prochaine rentrée.



«L'école risque de perdre trois postes à la prochaine rentrée: un poste d'enseignant classique, un autre d'enseignant spécialisé en Rased * et un troisième de soutien. C'est inadmissible», s'exclame une maman, à l'heure de la sortie des classes. Fin d'après-midi hier, devant l'école de Penanguer, route de Pont-l'Abbé. Les panonceaux et banderoles fleurissent. Une dizaine de parents, gilet fluo sur le dos, sifflet en bouche et tract à la main sensibilisent les automobilistes aux menaces de fermetures de postes qui pèsent sur l'école de leurs enfants.

  

( suite )


Deux postes supprimés :

des parents d’élèves de Jacquard manifestent à Brest.

  

« Les effectifs de l’école sont en hausse. On ne comprend pas pourquoi deux postes sont supprimés ! On espère que c’est une erreur ! » Ce vendredi, en fin d’après-midi, à Brest, une cinquantaine de parents d’élèves du groupe scolaire Jacquard (285 élèves) ont manifesté devant l’école. Ils ont exprimé leur incompréhension face à ce projet qualifié de « non justifié » de suppression d’une classe et d’un poste Rased (aide spécialisée aux enfants en difficulté). Selon eux, l’Inspection académique n’aurait apporté aucune explication.

L’association de parents d’élèves met en garde : « Il n’y aura plus d’accueil des enfants de 2 ans » et « le nombre moyen d’élèves par classe - actuellement à 25 - va se situer entre 28 et 30, dans les classes qui seront toutes à double niveau ». La perte du poste de l’enseignant Rased risquerait de pénaliser les enfants en grande difficulté. Quinze sont actuellement suivis par un enseignement qui intervient déjà dans 14 écoles !

Lundi, jour où le projet de carte scolaire sera validé, une délégation de parents ira manifester devant l’Inspection académique, à Quimper.

( ouest-france.fr)


Pont-l'Abbé.

Une trentaine de parents d'élèves protestent devant la mairie.

À l’appel de la FCPE, une trentaine de parents d’élèves des écoles publiques se sont mobilisés ce vendredi 20 janvier, à l’occasion de la venue de l’inspectrice d’académie. Elle a été reçue ce matin par le maire, Daniel Couïc, en présence de l’adjointe aux affaires scolaires Véronique Blanchet et de deux parents d’élèves, dont Nathalie Sacré, présidente de la FCPE pour le premier degré.

L’association proteste contre les dispositions de la future carte scolaire, qui sera définitivement approuvée lundi 23 janvier.

Une classe en moins ?

Une classe à l’école maternelle de Kerarthur devrait être supprimée, ainsi que le poste de maître spécialisé du Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased) à l’école Jules Ferry.

À l’issue de la réunion, Nathalie Sacré a estimé qu’il y avait « peu d’optimisme » pour l’école de Kerarthur. Malgré la suppression du Rased, l’inspectrice a annoncé qu’elle mènerait « une évaluation sur les difficultés des enfants » pour apporter une solution alternative à la rentrée prochaine.

Écoles fermées à Pont-l’abbé lundi

Lundi matin, les parents d’élèves de Pont-l’Abbé se rendront par ailleurs à Quimper pour continuer à faire pression sur l’inspection d’académie. Les trois écoles maternelles de la ville seront fermées.

(ouest-france.fr)



Carte scolaire 2012-2013.

Ecoles finistériennes : l'Adapei rejoint la mobilisation

 

L’Adapei du Finistère appelle, à son tour, à soutenir le rassemblement prévu, lundi 23 janvier, dès 9 h, devant l’inspection académique du Finistère, pour protester contre les suppressions de postes dans les écoles publiques finistériennes à la prochaine rentrée.

Ces suppressions « vont aussi pénaliser la scolarisation, rendre plus difficiles les intégrations individuelles et collectives des enfants porteurs d’un handicap », estime Jean-François Quillien, le président de l’Adapei 29. « Nous dénonçons les annonces de fermeture de postes dans les Rased (Réseaux d’aide spécialisé) et CMMP (centres médico-psycho-pédagogiques), car certains handicaps sont révélés à l’école et les enfants peuvent bénéficier de ces professionnels de terrain, qui sont des relais importants de soutien aux enseignants, aux enfants et à leur famille », insiste-t-il.

Le mouvement de grève et de mobilisation de lundi est porté par un front intersyndical (SNUipp, CGT, CFDT, Sud, FO, UNSA) soutenu par la FCPE (parents d’élèves).

(letelegramme.com)

Rassemblement académique des RASED de Bretagne.

La carte scolaire prévoit la suppression de 17 postes de RASED dans le département, soit plus de 40 % des postes de RASED.

Dans l’académie, 70 postes de RASED sont concernés. Dans cette logique, ce sont les RASED et donc les aides spécialisées aux élèves en difficultés qui seront supprimées. Cette décision unilatérale prise par le Recteur appelle une réponse de l’ensemble des personnels de RASED de l’académie.

Les sections départementales de l’académie de Rennes du SNUipp appellent l’ensemble des personnels de réseaux, l’ensemble des écoles et des organisations qui les soutiennent à un

Rassemblement académique des RASED de Bretagne Mercredi 25 janvier à Rennes

10 h : rencontre des personnels Local FSU, Rue Papu Rennes

11 h : rassemblement devant le Rectorat

(56.snuipp.fr)

 

Lot-et-Garonne : carte scolaire, la colère monte

Le comité technique spécial départemental, où chaque acteur de l'éducation nationale est consulté, doit se dérouler le 10 février. Le Comité départemental de l'Education nationale doit entériner les décisions le 15 février. D'ici là, les syndicats rassemblent leurs forces. La FSU du Lot-et-Garonne appelle à la grève le 31 janvier et à paticiper à la manifestation nationale à Paris.

 

(Suite )

 

 

Carte scolaire.

Un boycott du conseil départemental du Finistère

Dans un communiqué, l'union départementale des délégués de l'Education nationale, les parents d'élèves FCPE et la ligue de l'enseignement (Fol), annonce sa volonté de boycotter, lundi, le conseil départemental de l'éducation nationale, «en raison de la gravité des menaces qui pèsent une fois de trop sur le service public de l'éducation ». Aussi, les trois organisations appellent à participer au rassemblement prévu lundi, devant la préfecture de Quimper, à 14 h.

(letelegramme.com)

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article