Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 19:39

 

 

--

 

--
--
--
--
Repost 0
Published by jean-rumain - dans Vidéo
commenter cet article
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 17:56

 

 

Autolib’ vous surveille

 

Le suivi à distance et l’enregistrement des données du système de location de voitures électriques en libre-service Autolib’ posent certaines questions en terme de libertés publiques.

Il est encore trop tôt pour conclure, à la fois sur le fond et la forme, sur la finalité et la fiabilité d’Autolib’ étudiées avec des fortunes diverses dès le premier jour par les reporters de Politis.fr. En revanche, il n’est pas trop tard pour expliquer aux utilisateurs de ce système de location qu’ils seront en permanence surveillés. Il est ainsi spécifié que les Bluecar ne doivent pas franchir les limites de la région Ile-de-France. Une petite recherche sur la façon dont cette interdiction pourra être respectée permet de découvrir que grâce au mouchard de géo-position embarqué avec le GPS, dès que le « frontière » de la région sera franchie, un coordinateur d’Autolib’ préviendra le conducteur via le système audio embarqué dans la voiture qu’il contrevient au contrat qu’il a accepté. Ce qui signifie que tous les véhicules du système, qu’ils soient à l’arrêt ou en circulation, sont en permanence géolocalisables.

Les conséquences sont claires : toutes les données de géolocalisation – très précises- seront entrées dans le système informatique ; tous les trajets, avec arrêts et parcours, figureront dans la mémoire d’un ordinateur. Il suffira à n’importe quel service de police, hypothèse la plus « rassurante », sur réquisition ou non d’un juge d’instruction, de consulter cette mémoire pour obtenir le relevé exact des allées et venues, ou des stationnements, d’un « suspect ». L’histoire des fadettes, les relevés des communications de quatre journalistes du Monde (et les autres pour l’instant ignorés) peut donc se répéter à l’infini pour surveiller la circulation de syndicalistes, de journalistes, de militants, de manifestants, etc.

 

 

 

D’autre part, le système informatique d’Autolib’ n’étant pas particulièrement protégé, il n’est pas interdit de penser qu’un hacker pourra facilement y avoir accès. Soit pour le compte des services de police, soit pour le compte d’officines privées de surveillance. Si l’on peut comprendre l’utilité de ce fichage permanent pendant la période d’utilisation du véhicule, la mise en mémoire des ces informations constitue une atteinte à la liberté de circuler. Il reste à obtenir de la Commission nationale informatique et libertés que tous ces éléments soient immédiatement supprimés des ordinateurs d’Autolib’ dès que le véhicule est garé dans une station.

 

(source texte : politis.fr)

 

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 15:59

 

 

 

 

Quand Pôle Emploi désinscrit un chômeur sur deux.

 

L'an dernier, quelque 5,6 millions de personnes sont sorties des listes de Pôle emploi (catégories A, B, C) en France métropolitaine. Moins de 5% d'entre elles avaient repris un emploi.

La DARES (
Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques ) vient de publier une intéressante étude sur l'évolution des sorties d'inscriptions à Pôle Emploi entre 2007 et 2010. Comme elle le précise, les inscrits à Pôle Emploi ne sont qu'une part des demandeurs d'emploi.

En 2010, chaque mois, 10% des inscrits ont quitté les listes de Pôle Emploi, contre 12,5% en 2007.

 

 

 

Désinscrits avec emploi...

  

Contrairement au story-telling sarkozyen,
la DARES confirme que la crise de l'emploi a commencé AVANT la crise boursière puis financière de septembre 2008: elle a commencé dès mars 2008. « La baisse a été plus particulièrement marquée entre mars 2008 et mars 2009, en lien avec la dégradation de la conjoncture économique ».

 

 

 

 

 

La DARES confirme également que la reprise de l'emploi n'a jamais eu lieu: le taux de sortie pour reprise d'emploi n'a jamais progressé depuis l'élection de Sarkozy. Au contraire, moins de la moitié des sorties mensuelles le sont pour reprise d'emploi (4,6% en 2010), contre 6,5% en 2007. En décembre 2010, ce taux de sortie pour reprise d'emploi était même de 4,2%, l'un « des taux les plus bas observés depuis le début de la disponibilité des données, en juin 2002 ».

Un peu moins d'un tiers de ces sorties concernaient des CDI. L'intérim s'est effondré dès mars. Et les contrats aidés, s'ils ont augmenté, représentent une part marginale de ces reprises d'emploi : après un pic à 12% de ces sorties en 2009, ils sont retombés à 9% l'année suivante. C'est l'effet direct de la baisse des crédits consacrés à l'emploi.

Pôle Emploi n'a assuré que 14% des recrutements des sortants en 2010, contre 29% pour ... les relations professionnelles et personnelles et 23% via des petites annonces hors Pôle Emploi.

Enfin, un tiers des désinscrits ayant retrouvé un emploi ... cherchent encore un emploi. Et pourquoi ? A cause «
d’une insatisfaction relative au contrat de travail (23 %), à la durée de contrat (23 %), au salaire (12 %) ou au temps de travail (10 %) ».
... ou sans travail

 

 


Plus d'un chômeur sur deux est sorti des listes de Pôle Emploi sans avoir recouvré un travail.

Ces désinscrits sans emploi se décomposent comme suit.

47% ont été sortis « involontairement» des listes de Pôle Emploi. La DARES précise les cas:

 

 

 

 

 

 

 

  • 31% pour défaut d’actualisation suivi d’une réinscription

  • 12% suite au « non renouvellement accidentel » de leur demande (problème de carte de séjour, de téléactualisation...)

  • 4% suite à une radiation administrative

38% de ces sans-emplois sont sortis « volontairement » des listes de Pôle Emploi:

  • 19% sont partis en formation

  • 15% ont interrompu leur inscription pour cause de maladie, de vacances, ou de congés maternité ou parentaux.

  • 3% sont partis à la retraite, ou en en dispense de recherche d’emploi.

Enfin, la DARES précise que 6% supplémentaires « n’ont simplement pas souhaité renouveler leur inscription sur les listes de Pôle emploi, (par exemple parce qu'ils n'étaient plus indemnisés) » et que 9% se sont désinscrits pour un « autre motif » tels un déménagement ou un emprisonnement (sic!).

La France précaire

  

 

Cette étude fournit également quelques éléments d'analyse sur la France précaire.

Les plus de 50 ans: leur taux de sortie pour reprise d'emploi, déjà très faible avant la crise (3,5%), s'est affaissé à 2,4% en 4 ans. Cette évolution est à rapprocher des grands discours sur l'inévitable amélioration de l'emploi des séniors.

Les régions industrielles: Limousin, Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Haute-Normandie affichent les taux mensuels de sortie pour reprise d’emploi les plus faibles, inférieurs à 4,0 % en moyenne.

Les professions non qualifiées: le taux de sortie pour reprise d'emploi a été dégradés de 30% en 4 ans, pour tomber à 3,9% (manoeuvres) ou 4,7% (ouvriers); quand celui des cadres restait au-dessus des 5%. « La baisse des taux de sortie conjuguée à l’afflux de nouveaux inscrits sur les listes de Pôle emploi explique la forte hausse du nombre de deman- deurs d’emploi ouvriers: +24,9 % entre 2007 et 2010 contre +5,9 % sur la même période pour les cadres. »

 

 

 

 

 (source : Sarkofrance sur marianne2,fr)

 

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 18:17

 

 

 

Des mutins

en

révolution permanente

 

Il y a des artistes qui renoncent. Les mêmes stigmatisent ceux qui téléchargent de la musique « illégalement » et préfèrent chanter les petits oiseaux, l’amour, le ciel, la terre et l’eau. Il y a aussi ceux qui ne lâchent rien, qui continuent le combat et font même découvrir gratuitement certains titres de leur album sur leur site internet…

La Compagnie Jolie Môme appartient résolument à la seconde catégorie. Paroles de mutins est le sixième album de chansons de cette compagnie de théâtre engagée. Depuis près de trente ans les comédiens de la Compagnie ne cessent de mettre en scène les grandes heures de la Révolution : de Spartacus à la Commune de Paris sans oublier les combats actuels des ouvriers et ouvrières menacé-e-s de licenciement.

 

 

Ce militantisme ne leur crée pas que des amis. En 2003 la CFDT signe le protocole d’accord dégradant les conditions d’indemnisation du régime des intermittents du spectacle. La Compagnie Jolie Môme a lutté contre cette attaque en règle contre les droits des travailleurs artistiques. La CFDT a poussé le cynisme jusqu’à poursuivre en justice deux membres de la Compagnie. Ils ont été relaxés et un nouveau titre a enrichi leur répertoire, « Si j’avais su », une chanson appelant à « y aller » pour toutes celles et ceux qui veulent changer de société.

La Compagnie Jolie Môme qui a repris dans ses albums précédents les vieux « standards » du répertoire révolutionnaire, de « l’Internationale » à « Sans la nommer » en passant par « A las barricadas » ou « Le temps des cerises » surprend, dans cet album, par l’originalité des thèmes abordés.

Il y a tout d’abord le féminisme. La Compagnie donne une nouvelle jeunesse à « L’hymne des femmes », la chanson-phare du mouvement féministe des années 1970. Sur l’air du « Chant des marais » cette chanson défend avec ferveur la cause des femmes, « depuis la nuit des temps, le continent noir » de l’humanité, ce qui a pour mérite de populariser ce refrain relativement méconnu dans les rangs même de l’extrême-gauche. La même thématique est abordée dans une chanson originale, Lilith la première femme d’Adam qui, contrairement à Eve, lui était égale en tout point

 

Plus étonnant la Compagnie Jolie Môme réhabilite « les Pirates », ces baroudeurs sans roi ni maître eux, à la différence des corsaires. La chanson rend hommage à ceux-là mêmes qui s’organisant tous seuls, choisissant un chef révocable et intégrant à leurs équipes de maraude les mousses et les gabiers des navires dont ils chassaient les capitaines.

 

Internationalistes, les camarades de la Compagnie rendent hommage à travers la chanson « Son de la barricada » à la Commune de Oaxaca que les médias français ont, à l’époque, soigneusement passé sous silence. Pendant quatre mois et demi en 2006 les travailleurs et les classes populaires de cet Etat pauvre du Sud du Mexique, avec à leur tête les enseignant-e-s de la XXII section du SNTE (Syndicat des Travailleurs de l’Education), se sont auto-organisées contre le gouverneur corrompu du PRI Úlises Ruiz Ortiz au sein de l’Assemblée Populaire des Peuple d’Oaxaca (APPO) avant de devoir subir une terrible répression de la part de l’Etat fédéral. La répression étatique et l’Etat policier, Jolie Môme l’aborde aussi dans « Big Brother », « Démocratie policière » ou dans une reprise des « Nouveaux partisans », le classique soixante-huitard de Dominique Grange qui mérite d’être réécouté.

La Compagnie Jolie Môme n’en oublie pas pour autant les combats actuels face à une oligarchie toujours aussi déterminée à faire payer la crise aux travailleurs. Dans « La crise » ou encore à travers une fable, « Ebullition », la moralité c’est de faire péter la marmite dans laquelle nous nous trouvons, une cocotte-minute dans laquelle l’eau commence à chauffer et où nous devons à tout prix éviter de cuire à petit feu comme des grenouilles...

Les réseaux de solidarité avec les sans-papiers sont également évoqués dans « Près de chez moi » tout comme les écolos-tartuffes qui se donnent bonne conscience, dans « Ouch ouille aïe-aïe ».

En ces temps de campagnes électorales l’écoute de cet album fait du bien. Cela permet de ne pas oublier que ce n’est pas dans les urnes mais que « C’est dans la rue qu’ça s’passe ». A quelques semaines de Noël la chanson « Si tu vois le Père-Noël » rappelle également l’exploitation capitaliste qui se cache derrière ce rituel grand-messe consumériste de fin d’année.

La Compagnie Jolie Môme joue ces chansons tous les vendredis et samedis soir jusqu’au 17 décembre dans son théâtre de La Belle Etoile à Saint-Denis en alternance avec Faut pas payer!, l’excellent comédie-bouffe de Dario Fo sur la révolte des ouvrières dans les années 1970 en Italie (les jeudis et dimanches). Pour celles et ceux qui ne peuvent s’y rendre et avant leur tournée en province, n’oubliez pas de visiter le site  Compagnie Jolie Môme

  

(source : CCR4.org)

 

ccr.jpg

 

 

--
Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 16:33

 

 

--
 
Autre vidéo montrant une action menée à Paris en décembre 2007 par le « Collectif contre les jouets sexistes ». Un sujet toujours d'actualité, notamment en cette période... (vidéo trouvée sur le site de la CNT 59-62)
 
Cliquer ici :   Contre les jouets sexistes
Repost 0
Published by jean-rumain - dans Vidéo
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 18:53

 

 

 

Ne pas lutter efficacement contre cette maladie conduit à des dégâts irrémédiables. La preuve :

 

 

« J'avoue ne pas être outrageusement choqué par la perspective de voir des étrangers, y compris non communautaires, voter pour les scrutins cantonaux et municipaux. À compter du moment où ils paient des impôts, où ils respectent nos lois, où ils vivent sur notre territoire depuis un temps minimum, par exemple de cinq années, je ne vois pas au nom de quelle logique nous pourrions les empêcher de donner une appréciation sur la façon dont est organisé leur cadre de vie quotidien » (Nicolas Sarkozy, Libre, Paris, Fixot-Robert Laffont, 2001, p. 214).
« […] je crois que c'est un facteur d'intégration » (Interview de Nicolas Sarkozy, 30 octobre 2005). « Vouloir priver des étrangers qui travaillent, vivent, font vivre, et payent leurs impôts, de toute forme de citoyenneté et de toute participation à notre vie démocratique, n'a d'autre sens qu'une ségrégation » (Éric Besson, Pour la Nation, 2010, p. 65).
« Étendre le droit de vote aux élections locales aux ressortissants des pays qui furent colonisés par la France, qui sont des pays francophones, qui ont appartenu à notre République, et qui sont aussi ceux qui entretiennent avec elle les liens les plus profonds et anciens, constituerait un signal fort du maintien de cette grande tradition républicaine d'accueil et d'intégration » (Éric Besson, ibid., p. 67-68).
« Je voudrais, mes chers collègues, appeler votre attention sur le fait que nous sommes dans le dernier peloton des pays européens à devoir encore accorder le droit de vote aux résidents étrangers […] Le vote municipal des étrangers est-il une atteinte à la souveraineté nationale ? Évidemment non, car la souveraineté est confiée […] au Gouvernement et au Parlement, et non aux municipalités » (Gilles de Robien, AN- 2e séance du 3 mai 2000. Vote des étrangers).
« Un authentique décentralisateur ne peut pas être opposé à un débat sur le droit de vote aux élections municipales pour les étrangers résidant depuis plusieurs années dans une commune. Ce pourrait être un signe de la France à leur endroit »(Jean-Pierre Raffarin, Pour une nouvelle gouvernance, 2001).
« Donc, vous voyez, c'est simplement oser l'audace et l'imagination. » (Interview de Brice Hortefeux, à France-Info, le 26 octobre 2006).

 

Et puis, et puis...

 

2011 : proposition de loi sur le vote

 

 des étrangers aux élections

 

 locales.

 

 

 

« Une telle proposition me paraît hasardeuse. Elle présente le risque de diviser profondément les Français au moment, où plus que jamais, nous avons besoin de nous rassembler », Nicolas Sarkozy le 23 novembre 2011



«L’accord PS - Europe Ecologie-Les Verts prévoit l’éligibilité, ça veut dire que nous pourrions avoir des maires étrangers. Et bien très franchement, je n’ai pas envie de voir dans le département de la Seine-Saint-Denis, qui a une forte population étrangère, par exemple, la majorité des maires devenir étrangers.» Claude Guéant le 27 novembre 2011 sur Europe 1.

Par absence de soins, il a par la suite, lui aussi, oublié ses paroles



L'AFFIRMATION FAUSSE DE MME BACHELOT

"Je suis surprise qu'on ne se rappelle pas que les élus municipaux sont aussi les grands électeurs au Sénat et que, donc, c'est très important de dire qu'ils auraient la possibilité de désigner des parlementaires qui décident des lois nationales", a déclaré la ministre jeudi (8 novembre 2011)  sur I-Télé. "C'est un élément qu'on passe souvent sous silence", a-t-elle souligné.

Or, l'affirmation de Mme Bachelot est fausse. Pour une raison simple :

 le texte voté par le Sénat ne permet pas de participer comme grand électeur aux sénatoriales ni d'être élu au poste de maire. Les étrangers pourraient seulement être élus conseillers municipaux, si cette réforme était appliquée.

 

 



 

 

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 16:52

 

Tel était le sujet, vendredi 2 décembre à l'assemblée nationale, à l'initiative de la très humaniste Valérie Pécresse

 

 

 

Mme la présidente. Je suis saisie d’un amendement n° 439 portant article additionnel après l’article 23.
La parole est à Mme la ministre.

Mme Valérie Pécresse, ministre. Il s’agit de soutenir les communes pour l’acquisition de gilets pare-balles destinés à équiper les polices municipales. Il est donc proposé d’élargir les missions du fonds d’amorçage pour l’équipement des communes au titre du procès-verbal électronique institué l’année dernière et doté de 7,5 millions d’euros.

M. Jean-Pierre Brard. Quel rapport entre le procès-verbal électronique et les gilets pare- balles ?

Mme Valérie Pécresse, ministre. Cette dotation sera complétée par 2 millions d’euros prélevés sur les excédents du fonds d’aide au relogement d’urgence.

Mme la présidente. Quel est l’avis de la commission ?

M. Gilles Carrez, rapporteur général. Je ne suis pas favorable à cet amendement, madame la ministre. On financerait ces gilets pare-balles en prélevant 2 millions d’euros sur le fonds pour le relogement d’urgence. Franchement, ce n’est pas possible.
Je sais bien que le FARU a un excédent, que l’on a d’ailleurs déjà utilisé pour abonder la DGF. Mais aller prélever de l’argent destiné au relogement d’urgence pour financer des gilets pare-balles, même si ce sont ceux des polices municipales, non !

Mme la présidente. La parole est à Mme la ministre.

Mme Valérie Pécresse, ministre. Le fait est que les 5 millions d’euros prélevés sur le FARU ne seront pas dépensés d’ici la fin du mois. Nous pensons qu’ils seraient mieux utilisés dans le cadre de l’acquisition des gilets pare-balles. Ces crédits nous ont été demandés par les communes. Vous savez combien il est difficile...

M. Gilles Carrez, rapporteur général. Qu’ils les trouvent sur les crédits ad hoc.

Mme Valérie Pécresse, ministre. Monsieur le rapporteur général, pour moi, en tant que ministre du budget, chaque euro doit être dépensé. Voilà, c’est tout.

Mme la présidente. La parole est à M. Jean-Pierre Brard.

M. Jean-Pierre Brard. Cette proposition est invraisemblable. Je ne sais pas lequel de vos conseillers a eu cette idée, madame la ministre, mais si nous décernions comme le Canard enchaîné des « Noix d’honneur », il y aurait droit ! Vis-à-vis de l’opinion, vis-à-vis des associations, troquer des crédits destinés au relogement d’urgence contre des gilets pare- balles... Si encore, madame la ministre, vous aviez proposé, compte tenu de la situation dramatique des SDF, de troquer une partie des crédits pour le relogement d’urgence contre des couvertures chauffantes, j’aurais compris. Mais contre des gilets pare-balles, non ! Le ridicule a ses limites, même si je sais comme vous tous que, depuis Mme de Sévigné, il ne tue plus, hélas !

Mme la présidente. La parole est à Mme la ministre.

Mme Valérie Pécresse, ministre. Comme l’heure est tardive et que les députés ont le droit de rentrer chez eux pour le week-end – même si les ministres, dont la ministre du budget, devront être présents au Sénat, puisqu’il siègera demain et dimanche –,...

M. Jean-Pierre Brard. Vous avez toute notre compassion, madame la ministre.

Mme Valérie Pécresse, ministre. ...et compte tenu du souci que vous exprimez de ne pas toucher aux excédents, qui ne seront pas dépensés, du fonds d’aide au relogement d’urgence, je vous propose de rectifier l’amendement et de simplement élargir les missions du fonds d’amorçage pour l’équipement des communes au titre du procès-verbal électronique institué l’année dernière et doté de 7,5 millions d’euros, sous plafond du fonds d’amorçage du procès- verbal électronique.

Mme la présidente. L’amendement n° 439 est donc rectifié. Le 2° est supprimé, et le 3° devient le 2°.

(En cas de doute, n'hésitez pas à lire le compte rendu des débats)

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 15:44

 

 

 

  • Fraternité Migrants a initié la création d'un comité de soutien à la bénévole interpellée fin novembre par la police aux frontières.

 

  • Lors de la première conférence de presse organisée par Fraternité migrants bassin minier 62 ... à la suite de son interpellation, Annick n'avait pas tenu à s'exprimer. Essentiellement pour préserver ses enfants et pour prendre un peu de recul. Mardi soir, à l'occasion de la création d'un comité de soutien à son égard, cette infirmière, membre du collectif, a accepté de revenir sur une expérience dont elle se serait bien passée.

    « Arrêtée pour assistance à personne en danger »

    Mardi 22 novembre, des fonctionnaires de la police aux frontières (PAF) lilloise ont débarqué aux aurores à son domicile pour l'interpeller. « Ils l'ont fait sans violence, mais devant mes enfants, à 6 heures du matin », précise-t-elle. Au même moment, neuf migrants vietnamiens sont également interpellés à Angres, dans un terrain municipal où ils s'étaient installés. La PAF agissait dans le cadre d'un démantèlement de réseau en bande organisée sur commission rogatoire d'un juge d'instruction parisien.

    Annick passera 33 heures en garde à vue au commissariat de Lille. « Elle n'a fait que son devoir de citoyen et on lui reproche », s'agace un membre de Fraternité Migrants, le collectif qui a mis en place un comité de soutien pour Annick. « Elle a été arrêtée pour assistance à personne en danger, un comble ! », renchérit un autre. « Plus que la garde à vue, ce qui m'embête surtout c'est d'avoir vu ma vie complètement fouillée depuis plusieurs mois, peste Annick. Les policiers savaient tout de moi. On a saisi du matériel informatique, ou bien encore des photos privées qui m'appartiennent. J'estime qu'on n'a pas à les utiliser. Tout comme je suis absolument contre l'utilisation des bénévoles par la police pour obtenir des renseignements. J'ai l'impression que, pour eux, je suis trop amie avec les migrants. » Les membres de Fraternité Migrants s'inquiètent également de ne pas avoir de nouvelles de trois migrants vietnamiens qui ont été déférés devant un procureur à Paris, à l'issue de leur garde à vue.

    Ouverture et tolérance

    Mardi soir, plusieurs particuliers, des élus (de Grenay et d'Angres notamment), et des associations avaient d'ores et déjà apporté leur soutien à Annick, parmi lesquels Amnesty international, ou encore la Ligue des droits de l'homme. Quant à Annick, elle s'est déjà remise au travail. Que ce soit dans sa vie professionnelle ou auprès des migrants. « Je ne suis pas prête d'arrêter, a-t-elle affirmé. Je reste convaincue que c'est par l'ouverture que l'on fait vraiment preuve de tolérance. » •

(source : la voix du nord)

 

Il semble que la voix d'son nord ait...oublié quelques soutiens...

Liste à ce jour : 

  •  

     

 

 

Réseau Education Sans Frontièeres

Mairie d'Angres

Mairie de Méricourt

Amnesty International

Terre d'Errance Steenvorde

Hélène Flautre, député européenne

Confédération Nationale du Logement (CNL 62)

Fraternité Roms bassin minier 62

FSU 62

Mairie de Grenay

Comité d'Action des Sans Papiers (Arras)

Europe Ecologie Les Verts (Arras)

Union syndicale Solidaire (Sud Education 59-62)

Ligue des Droits de l'Homme (LDH) 62

Association Enjeu

Artisans du Monde de la Gohelle

Agir ensemble pour un Autre Avenir

François Lemaire, Maire de Bully-les-Mines

SALAM Nord Pas de Calais

Section PCF Harnes

Marc Boulnois, Maire de Norrent-Fontes

Christian Champiré, Maire de Grenay

Benoit Decq, Adjoint au Maire de Bully-les-Mines.

 

 

PETITION :

 

Version papier  à renvoyer à :

Mairie d'Angres, place Salvador Allende. 62142 ANGRES

 

Version en ligne


Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 14:22
 

Entretien avec Grégory CHAMBAT, membre du comité de rédaction de la revue N’Autre École et auteur de Pédagogie et révolution, Questions de classe et (re)lectures pédagogiques aux Éditions Libertalia : une pédagogie socialement critique ; la pratique de l’enseignant, de la goutte d’huile au grain de sable ; famille et école, un questionnement de parent.


 

Émission du 8 décembre 2011 sur Radio Périgueux 103,

 

 

 

 

Rappel : Rencontre-débat avec Grégory Chambat, à la Maison des syndicats CNT, 32 rue d’Arras, Lille, le vendredi 20 janvier 2012 à 19h00

 

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Vidéo
commenter cet article
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 19:49

sante-1.jpg

 

--

 

sante-9.jpg

 

--

sante-2.jpg

 

--

 

sante-3.jpg

 

--

 

sante-5.jpg

--

 

sante-4.jpg

--

 

sante-6.jpg

--

sante-8.jpg

--

 

--

 

sante-7.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article