Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 15:07

 

La solution à la crise économique, écologique ? Une « dictature bienveillante ».Sans un sursaut, l’oligarchie achèvera son programme.

I wanted to felicit you…
– What ?

On appelle la Commission européenne. à Bruxelles, après le standard, on nous passe la porte-parole de Catherine Ashton, la « ministre des affaires étrangères de l’Union » – qui est francophone :

« Je voulais vous féliciter…_– Pourquoi ?
– Ben j’ai vu que, en Côte d’Ivoire, vous étiez intervenus pour faire respecter la démocratie. Vous avez gelé les avoirs bancaires de Laurent Gbagbo, vous avez privé de visa, je ne sais plus, une soixantaine de ses proches, et je trouve ça très courageux…
– Merci à vous de dire merci à nous.
– Je vous appelle parce que, sous les yeux, j’ai une liste de personnes qui, eux non plus, n’ont pas respecté le suffrage populaire. Vous avez de quoi noter ? MM. Élie Aboud, Manuel Aeschlimann, Yves Albarello, Alfred Almont, Mme Nicole Ameline…
– Mais qui sont ces personnes ?
– Elles n’ont pas respecté le suffrage populaire. MM. Jean‑Paul Anciaux, Benoist Apparu, Jean Auclair, Mme Martine Aurillac…
– Vous en avez combien ?
– J’en ai repéré 565. Mais y en a ailleurs, je peux les trouver.
– Mais qui sont ces personnes ?
– Euh, des députés, des sénateurs…
– Et ils ont des comptes en Côte d’Ivoire ?
– Non mais je proposerais que l’Union européenne gèle leurs avoirs, les prive de passeport, et éventuellement, si l’Onu pouvait envoyer une force d’interposition à Paris…
– Je ne comprends rien à votre histoire.

Faut vraiment tout leur expliquer.

– Eh bien, en 2005, 55 % des Français ont voté contre le Traité constitutionnel européen. Et pourtant, deux ans plus tard, les parlementaires français ratifiaient le traité de Lisbonne…
– …
– Y a les sénateurs néerlandais, aussi, à ajouter à la liste… la reine de Hollande…
– Mais ça n’a rien à voir !
– Ben pourquoi ? C’est la démocratie qui…
– Mais l’Europe, ça n’est pas l’Afrique ! »

Tous les continents, il est vrai, ne disposent pas de notre savoir-faire. Qu’il convient d’exporter d’Abidjan à Pékin. Ainsi, comme le note le chercheur à Sciences-Po Jean-Louis Rocca, les dirigeants chinois « ne comprennent rien à la technologie du pouvoir démocratique qui permet aux classes dirigeantes de contrôler le peuple au nom de la légitimité populaire » (Le Monde, 27/03/10). Ces niais d’orientaux prennent la démocratie occidentale au sérieux !

Dictature bienveillante

Le peuple, cet enfant fiévreux, a de fréquents accès de « populisme ». Avec lui, la démocratie tourne si vite à la « démagogie ». Heureusement, une élite veille au grain, à notre bonheur malgré nous. Elle a voté « oui » à notre place (pour préserver la paix, la prospérité, le doux commerce). Elle a déjà choisi le « candidat de la raison » pour 2012 – afin que rien ne change. Elle sait que des « réformes sont nécessaires », qu’il faut « adapter le modèle social français » – plutôt que de prôner des solutions « simplistes », « manichéennes », « archaïques ».

Dans son dernier livre, L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie !, le journaliste Hervé Kempf a collecté un paquet de citations, éclairantes, sur cette « démocratie formelle » qui vire à la « dictature informelle » :Christophe Barbier, rédacteur en chef de L’Express, recommande un nouveau traité européen, mais puisque « les peuples ne valideront jamais un tel traité (…), un putsch légitime est nécessaire »(L’Express, 11/05/10).

James Lovelock, scientifique influent : « Face à la crise écologique, il peut être nécessaire de mettre la démocratie de côté pour un moment » (29/03/10).

Alexandre Adler, éditorialiste sur France Culture : « La Grèce pourrait être forcée, après des émeutes qui se préparent de façon évidente, à créer un gouvernement d’union nationale. On aurait ainsi la dictature, mais une dictature bienfaisante, de 90 % des électeurs grecs contre le peuple grec lui-même. Cette formule pourra choquer, mais en tout cas elle est nécessaire » (12/02/10).

The American Enterprise Institute, lobby libéral : « Le manque de liberté peut être un avantage. Les dictatures ne sont pas gênées par les préférences des électeurs pour, disons, un état social » Mon voisin

En 1975, la (The American, mai 2007).

Georges Steiner, essayiste : « Il est concevable que la solution dans les grandes crises économiques soit une solution à la chinoise, technocratique. Que nous évoluions vers un despotisme libéral. Ce n’est pas un oxymore. Il reviendra peut-être à des despotismes technologiques d’affronter les grandes crises qui dépassent les systèmes libéraux traditionnels. »(Témoignage chrétien, 11/03/10).

Le voilà, leur programme. Il faut le lire entre les lignes, encore. Ils ne l’énoncent qu’à demi-mot. Mais à demi-mot, déjà, c’est qu’ils l’ont à moitié rempli. Comment s’étonner, dès lors, du soutien policier que propose notre ministre des Affaires étrangères à une dictature ? Ou que les journaux de l’oligarchie, Le Monde, Paris-Match, Le Parisien, redoutent une « contagion démocratique » ?

Commission Trilatérale – qui rassemble les experts officiels, les dirigeants d’entreprise, les ministres en vue du Japon, d’Europe, des États-Unis – publiait un rapport intitulé « Crisis of Democracy », « Crise de la démocratie ». Ou plutôt, « Crise de démocratie ». Parce que le problème, là, d’après ces lumières, c’est qu’on avait trop de démocratie. Il fallait, bon, peut-être pas s’en débarrasser, mais calmer tout ça. Samuel Huntington, l’inventeur du « choc des civilisations », énonçait ainsi : « Ce qui est nécessaire est un degré plus grand de modération dans la démocratie. (…) Le bon fonctionnement d’un système politique démocratique requiert habituellement une certaine mesure d’apathie et de non-engagement d’une partie des individus et des groupes. »

Et ils y sont parvenus, à obtenir toujours plus d’apathie, toujours moins d’engagement. Ils en ont fabriqué, depuis vingt ans, de la résignation. Et à quoi a-t-elle conduit, cette mise en sommeil des esprits ? À nous guider vers davantage de justice sociale ? Vers une moindre exploitation du Sud ? Vers une planète à l’avenir pérenne ? On les a laissés faire et au contraire, les inégalités ont crû comme jamais, et ils ont œuvré de leur mieux pour que la question, cruciale, de l’environnement, ne soit pas posée, ou le plus tard possible, ou qu’elle ne perturbe pas leurs priorités : « bénéfices », « profits », « dividendes » – ces mots sacrés qui, invariablement, guident leurs choix. Et c’est à eux, donc, que nous devrions confier notre destin ? Jamais. Ou plutôt, j’aurais plus confiance dans mon voisin, s’il se sentait habité par la démocratie, si tel un juré d’assise il voyait défiler devant lui les témoins, les chercheurs, les agriculteurs, les industriels, les pêcheurs, les ingénieurs, s’il en débattait librement, longuement, rudement, avec ses concitoyens, si tout était pensé non pour l’abêtir, mais pour nous élever – j’aurais plus confiance dans cette démocratie à bâtir, dans ces hommes ordinaires, que dans une avant-garde éclairée, dans un cercle de la raison, dans une ploutocratie déguisée.

Debout les morts !

Le triomphe de l’oligarchie ne tient qu’à ça : à notre inertie. à ce champ des possibles que nous n’exploitons pas. Voter, évidemment, tous les cinq ans. Manifester, quand l’occasion se présente. Mais au quotidien, s’organiser. Militer, dans des partis, des syndicats, malgré leurs défauts, leurs mesquineries. Tracter dans les boîtes aux lettres de nos proches. Désigner l’adversaire, le démasquer, le nommer. Ranimer les cœurs, réveiller les esprits, préparer les hommes. Nous n’avons pas le choix : sans ce sursaut, ils rempliront leur programme jusqu’au bout. Comme disait l’autre barbu : Lève-toi et marche… et brandis ton poing !

(article publié dans Fakir N°49, février 2011)

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 19:57

 

Déjà 200 élus de tous partis ont signé l’Appel pour une politique culturelle réinventée ! Convaincus que l’art est une dimension fondamentale de notre vivre ensemble, nous appelons à renouveler et à co-construire les politiques artistiques et culturelles. Pour porter ce message fort, nous appelons à converger vers Paris le 29 octobre, action finale de Ruée Libre.

Appel pour une politique culturelle réinventée

L’art est une dimension fondamentale de notre vivre ensemble. Nous appelons à une politique culturelle réinventée pour l’irriguer, l’enrichir, le consolider à partir de ces principes :

DÉCLOISONNEMENT DE LA CULTURE qui ne peut être réduite à son ministère. Elle doit irriguer tous les champs de l’action publique. CONSTRUCTION DE PASSERELLES pour une réelle ambition de partage, de co-réalisation et de diffusion de l’art en espace public. CO-CONCEPTION & CONSTRUCTION citoyenne des espaces urbains et publics de demain. ENGAGEMENT FORT POUR LA CRÉATION à travers un soutien accru aux artistes, aux espaces de recherche et de production et aux réseaux de diffusion. PROTECTION DU CHAMP CULTUREL au niveau européen : il doit être exclu de l’application de la directive « services ».AMÉNAGEMENT DES ESPACES PUBLICS – citadins et ruraux – afin d’en faire des lieux privilégiés de diffusion et d’échanges.

Cet appel a déjà reçu le soutien de plus de 200 élus dont …..(1)

 

De façon symbolique, l’objectif est d’obtenir 500 signatures d’élus afin de rendre ces propositions éligibles.

 

Samedi 29 octobre : Actions collectives à Paris

Le matin (9h-12h) : le Siège des siègesUne délégation va mener une action symbolique devant les sièges de campagne de plusieurs partis politiques. Elle rencontrera les candidats à l’élection présidentielle ou leurs représentants (Europe Écologie – Les Verts, Front de Gauche, PS, Modem, UMP) pour qu’ils se positionnent sur l’Appel pour une politique culturelle réinventée.

 

Appel à tous les acteurs artistiques, culturels, socio-culturels, les élus et tous les citoyens

Chacun est invité à participer à une action artistique collective d’envergure en se munissant d’une chaise. Cet objet constituera la matière première d’un acte éphémère et symbolique.

o Plus d’informations sont disponibles sur www.ruelibre.net etwww.larueencampagne.fr

Cette mobilisation est initiée par la Fédération nationale des arts de la rue et soutenue par :

UFISC – Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles Fédurok (Fédération des lieux de musiques amplifiées/actuelles) - SYNAVI (Syndicat National des Arts Vivants) - SCC (Syndicat du Cirque de Création) - FSJ (Fédération des Scènes de Jazz et des Musiques Improvisées) - CITI (Centre International pour les Théâtres Itinérants) - Le Chaînon/FNTAV (Fédération des Nouveaux Territoires des Arts) - Actes’If (Réseau solidaire de lieux culturels franciliens) - RIF(Confédération des réseaux départementaux de lieux de musiques actuelles/amplifiées en Ile de France) - SMA (Syndicat National des petites et moyennes structures à but non-lucratif de Musiques Actuelles) – Zone Franche (le Réseau des Musiques du Monde) - Membres associés : La FFEC (Fédération Française des Ecoles de Cirque) - La FRAAP (Fédération des Réseaux et Associations d’Artistes Plasticiens) - CD1D (fédération nationale de labels indépendants) - La Fédération des Acteurs « Culture-Multimédia ».Libre Accès, le Lavoir Moderne Parisien...

 

voir la liste des signataires sur www.larueencampagne.fr

(source : paris.indymedia.org qui relaie cet appel)

 

Petit rappel : "Ça, c’est plusieurs millions"...C'est Sarko qui le dit

http://jean-rumain.over-blog.com/article-ca-c-est-plusieurs-millions-c-est-sarko-qui-le-dit-86554999.html

 

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 18:03

Danielle JACQUI, celle qui peint

 

 

 

- -

 

--

 

 

 

 

 --

 

voir aussi :

art-insolite.com

 

la fabuloserie

 

 

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 15:05

une_brique_29.jpg

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 14:55

Solidaires

 

Elles sont l’expression de la domination des hommes sur les femmes, d’un système social basé sur un sexe considéré « plus fort » (le masculin). Les racines des violences contre les femmes se trouvent donc dans les inégalités entre les hommes et les femmes, dans la volonté « sociale » de maîtriser le corps des femmes, et leur sexualité. Elles ne sont pas exclusivement le fait d’hommes « isolés », vu leur importance et leur fondement, mais relèvent bien d’une tolérance sociale aux inégalités de sexe. C’est pourquoi la lutte contre les violences implique une volonté de transformer les rapports entre les sexes, et concerne les pouvoirs publics, comme chacun et chacune d’entre nous. Les « affaires » récentes impliquant des hommes politiques démontrent encore et toujours la permanence du sexisme, au vu des réactions de dénigrement envers les victimes.

Pour le syndicalisme de transformation sociale de Solidaires, les inégalités entre les sexes ne sont pas supportables : ni dans la société, ni au travail. Qu’il s’agisse d’injures, de comportements sexistes, d’agressions sexuelles, de harcèlements sexuels, de viols, de coups... : le syndicalisme est directement concerné puisqu’il a, quand il en a connaissance, à agir pour soutenir, défendre et accompagner les salariées victimes de violences. Mais aussi parce que ces violences sexuelles sur le lieu de travail sont une menace sur l’emploi et la carrière : refus d’embauche, détérioration des conditions de travail, notation freinée voire bloquée, mutation, refus de promotion, « mise au placard », déqualification, licenciement etc.

Solidaires revendique notamment :

* la prise en compte comme accident du travail des violences sexistes au travail, y compris psychologiques

* des campagnes de prévention obligatoires et régulières pour des comportements non sexistes dans l’entreprise

* une procédure de signalement et actions en justice si nécessaire lors de discriminations

* la mise en œuvre de mesures spécifiques en cas de violences conjugales et prises en charge par l’entreprise de l’accompagnement de la victime (assistant-e social-e, logement, soutien financier, mobilité si nécessaire...)

Toutes et tous à Paris, le 5 novembre !
Rendez-vous 14 h 30 à Bastille

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 14:36

 

Viols au Rwanda par des militaires français : le mag Causette piraté

Le mensuel Causette, qui publie ce mercredi en kiosque une enquête sur des militaires français soupçonnés de viols au Rwanda en pleine opération Turquoise, a été piraté. Alors que le reportage filait à l'impression, les dossiers ont été supprimés dans le serveur. La rédaction en chef a porté plainte contre X pour intrusion dans un serveur informatique. (rue89)

 

Causette victime de piratage pour avoir enquêté sur le Rwanda

L’affaire n’est pas nouvelle : des militaires français soupçonnés de viols au Rwanda en pleine opération turquoise. Une plainte a déjà été déposée contre X pour "crime contre l’humanité" en 2009. Rien de nouveau donc... si ce n’est la volonté du mensuel Causette d’en savoir plus, d’enquêter.
Résultat : alors que le reportage filait à l’impression, les dossiers ont été supprimés dans le serveur. La rédaction en chef a donc hier porté plainte contre X pour intrusion informatique. Et, après avoir récupéré ses données, publie son enquête ce matin en kiosque.

À l’origine de cette enquête menée par le magazine féminin et féministe Causette, la plainte de trois Rwandaises qui devaient être entendues le 3 juin dernier par le juge d’instruction du Tribunal aux armées de Paris. Audition annulée in extremis et reportée sine die.

Alors que la plainte des trois femmes semble s’enliser, le mensuel Causette décide de mener sa propre enquête, et découvre -facilement- sur place, au Rwanda, d’autres victimes... qui témoignent. Elles disent avoir été "violées et violentées" par des soldats français, notamment dans le camp de réfugiés de Nyarushishi, l’été même du génocide de 800.000 Tutsis.
"C’est trop, ce qu’ils m’ont fait. À chaque fois que je vois un Blanc, j’y repense, et ça fait mal", raconte Irène, 54 ans, dans le magazine.

Mais ces témoignages presque sous presse, destinés à paraître dans le numéro de novembre disparaissent subitement des ordinateurs de la rédaction de Causette. Disparition, à laquelle s’ajoute le piratage des boîtes e-mail des journalistes et la réception d’étranges courriers.

Après avoir remis la main sur ces précieux fichiers disparus, le directeur du journal Grégory Lassus-Debat a porté plainte contre X pour "accès frauduleux dans le système de traitement automatisé de données ainsi que pour suppression de fichier", raconte Libération ce matin.

 

(source :  france-info.com) avec 2 témoignages audio.

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 16:02

 

Un homme de 42 ans, chômeur, s’est donné des coups de couteau dans une agence de Pôle-emploi de Tremblay en France en Seine Saint Denis. Encore une victime de l’accablement, du découragement, du trop-plein, de l’épuisement, du stress, de la peur. Après la « prise d’otage » dans une agence de Pôle-emploi de Paris 11e, les situations d’urgences, d’incompréhensions, de maltraitances, de dysfonctionnements, vont c’est certain, pousser à de plus en plus d’actes de désespoir. Les agents de Pôle-emploi, attachés à leur mission de service public n’ont pas les moyens de répondre aux demandes, et bien évidemment encore moins de travailler sur des solutions pérennes qui passent par l’emploi. Leurs directives sont claires et nettes ; convoquer, contrôler, pour finalement radier avec le double objectif de faire des économies et de faire baisser les statistiques du chômage qui sont en réalité pires que terribles. D’autant que les dominants s’en contrefichent des chômeurs, de leurs vies en miettes, de leur avenir inexistant, de leur désespérance, malgré leurs déclarations lénifiantes et pseudo égalitaires, leurs larmes de crocodiles. Gageons que les décisions qui vont être prises le seront en direction du renforcement de la « sécurité » pas de sécurité sociale, pas de sécurité de l’emploi, pas de sécurité du revenu, pas de sécurité de vie, non de la bonne sécurité sécuritaire, avec des sas, des codes, des doubles vitrages style hygiaphone, des caméras, des vigiles et ça va coûter cher, très cher. Ce qui fera encore moins de moyens pour que Pôle-emploi puisse remplir sa mission qui doit être de tout faire pour chercher des emplois aux millions de chômeurs qui n’en peuvent plus d’être sans place, sans rôle, avec un fort sentiment d’inutilité. La solution est et reste toujours la même, à défaut de proposer suffisamment d’emplois, indemniser décemment toutes les formes de chômage et baser les cotisations sur les profits, les produits financiers et les dividendes des entreprises et pas seulement sur la masse salariale. L’urgence c’est tout de suite.

 Villejuif le 25/10/2011 Philippe Villechalane Porte-parole de l’Apeis (apeis.org)

APEIS : Association pour l’Emploi, l’Information et la Solidarité des chômeurs et travailleurs précaires.

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 15:42

Arrêté anti-mendicité : j'ai été témoin d'un double abus de pouvoir

 

Dimanche 23 octobre, 16h30, Paris rayonne de douceur. La clarté du ciel semble rendre les gens légers, heureux. Le soleil s'est installé partout. Des sonorités de tous les pays se mélangent dans un concert harmonieux. Des accents chantants, des rires, des piaillements d'enfants embaument l'atmosphère. Beaucoup d'étrangers viennent s'imprégner de notre belle capitale.

Humiliation d'un homme

Je suis loin de ma campagne bretonne, ce grouillement humain m'apaise. Nous sommes tous momentanément protégés des duretés de notre monde.

Mais la dure réalité me tombe dessus. Un artiste, face à son public dont je fais partie, nous présente des postures théâtrales. Il a un costume de la tête au pied qui rend sa prestation particulièrement gracieuse.

Soudain, deux agents de police arrivent derrière lui, lui tapotent l'épaule et lui demandent ses papiers. Ils exigent qu'il retire son costume. Ils ramassent sa petite boîte qui contient quelques pièces et le prient de venir prés de leur voiture.

La violence de leur attitude contraste avec l'ambiance « faussement » légère du moment. La scène est insupportable. Assister à l'humiliation de cet homme, devant se mettre ainsi à nu est insensé. Les personnes autour de moi ne comprennent pas cette intervention. Ce sont en grande partie des touristes qui ne parlent pas bien le français.

« Mais Madame, il mendiait ! »

Je veux alors comprendre. Peut-être que la police a ses raisons. Très poliment et calmement, je m'approche des policiers en leur demandant le pourquoi de leur intervention.

« Mais Madame, cet homme mendiait. Or un nouvel arrêté du préfet nous demande de sévir. »

Ce n'était donc pas un contrôle d'identité. Cet homme est accusé d'être « hors la loi ».

Je suis en effet informée de cet arrêté. Mais dans le cas présent, cet homme ne mendiait pas. Au même titre qu'un groupe de jeunes musiciens installé plus loin, il avait un « chapeau » pour que le public qui voulait le remercier de sa prestation puisse le faire. Je fais part aux policiers de mon étonnement.

Tout d'abord sur leur manière de faire et sur l'amalgame qu'ils font entre mendicité et prestation artistique. Ils me répondent :

« Occupez-vous de ce qui vous regarde, on est dimanche, il fait beau, allez vous promener. »

Pourquoi tant de mépris ?

Je reste très calme et leur rappelle que je suis une citoyenne qui veut comprendre et qu'ils n'ont pas à me dicter ce que je dois faire de mon dimanche.

Ils deviennent alors menaçants. Je leur demande leur numéro de matricule de policier. Ils refusent de me le donner et me demandent mes papiers. Je prends note de leur numéro et de l'heure précise de leur intervention.

Une limousine laissée tranquille

J'avais tout simplement oublié, pendant quelques minutes, la violence de notre monde, de notre société où les plus faibles sont bannis, écrasés. J'avais rêvé sous ce soleil de Paris envoûtée par ce brouhaha.

Dix minutes après, une superbe limousine blanche, à rallonge, prend place à l'endroit de la voiture de police. Elle stationne à un emplacement où il est interdit de s'arrêter. Je n'ai pas vu d'agent de police intervenir.

En rentrant chez moi, je vérifie l'arrêté en question sur Internet. Il précise le périmètre de son application, entre la place de l'Etoile et le rond-point des Champs-Elysées.

L'artiste en question se trouvait place de la Concorde, bien loin de ce champ et il ne mendiait pas. C'est donc bien d'un double abus de pouvoir dont j'ai été témoin, en plus d'un non-respect de ma personne.

Témoin impuissante mais pas résignée pour autant. J'ai envoyé une lettre recommandée au ministre de l'Intérieur.

Je garde espoir qu'à force de dire ce que l'on voit, ça permettra de prendre conscience de cette cruelle réalité qui consiste à écraser les plus faibles. Tellement facile !

(Sophie Cadel sur Rue89)

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 00:29

 

 

Plusieurs camarades s’étonnaient du fait que je puisse publier des contributions sur bellaciao.org

Voire même des photos : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article120750

 entre autres blablateries :

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article121621

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article121181

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article121025

 

et également quelques commentaires…

 

Jusque-là, tout allait bien…enfin, tant que les commentaires n’étaient pas trop…Sudversifs…

(Malgré quelques Coups de Griffes de Temps à autre…)

Puis cet article intitulé « Sortons du traité de Lisbonne »

Moi, béotien, je mets une première fois en commentaire ce lien :

Appel des 1 000 : Un référendum pour sortir le traité de Lisbonne de la Constitution française

http://www.m-pep.org/spip.php?article2407

 

Passe pas…Passe pas une 2° fois, passe pas…une 3° fois….passe pas….

Je tente une contribution…PASSE PAS…

Le 25 octobre, je tente un commentaire au sujet d’un autre article…

Et là….

 bellaciao.jpg

 

Ce qui pourrait prêter à sourire, c’est que, ce 25 octobre, France 2 diffusait un reportage sur la montée d’Adolph…

 

 

 

Je ne peux même pas mettre le moindre commentaire au sujet de l’anniversaire de RADIO LIBERTAIRE !!!

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 20:15

 

Cabaret.jpg

 --

 

  
 ___
  
 

  
  ---
 

  
  
  
  
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article