Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 17:45

Terra Nova, une fondation proche du Parti socialiste propose d'augmenter les droits d'inscription à l'université pour …accroître les moyens des établissements d'enseignement supérieur. (francesoir.fr)

 

Que se passe-t-il au sein de la gauche française ? Se "droitise"-t-elle, désespérée de voir que les Français sont d'indécrottables droitiers, en cherchant son salut dans un libéralisme déchaîné ? Ne risque-t-elle pas de disparaître tout simplement ? Il y a du souci à se faire si l'ensemble des élus de gauche se convertissent à la religion Terra Nova, d'autant que l'auteur de ce rapport que je trouve détestable, Yves Lichtenberger, fait partie de l'équipe de campagne de Martine Aubry.

Les propositions du "think tank" Terra Nova - classé à gauche (et l'on se demande bien pourquoi) - pour une réforme de l'enseignement supérieur laissent songeur. Et inquiet. Car si certains membres de la gauche française sont connus pour leur ancrage politique plus au centre que véritablement à gauche (Dominique Strauss-Kahn et soutiens, Manuel Valls), il y a du souci à se faire si l'ensemble des élus de gauche se convertissent à la religion Terra Nova !

Jugez plutôt.

500 € par mois pour tous les étudiants (l'allocation d'autonomie)
Séduisant. Mais cette formulation est trompeuse, voire mensongère. Car cette somme est en réalité la somme de ce que perçoivent en moyenne les étudiants et leurs parents au cours des études de leurs enfants (demi-part fiscale sur la feuille d'impôt, APL versée par la CAF, bourses, etc.). Au total, 250 000 € sur cinquante mois.
Avec une telle réforme, un fils d'actionnaire de L'Oréal toucherait autant qu'un fils de salarié moyen ; une belle confusion entre l'égalité et l'équité. Le pactole pour la classe moyenne aisée, mais surtout la fin des APL qui sont absolument vitales pour la plupart des étudiants.

Quant aux étudiants boursiers, si ces mesures s'étendaient à eux, ceux-ci verraient leurs ressources diminuer puisqu'un étudiant boursier échelon 6 percevant des APL touche au total environ 660 € par mois.

Pour compléter le tableau, Terra Nova propose qu'aux étudiants soit accordé un prêt à taux 0, garanti par l'Etat. Une preuve, s'il en fallait une, que l'allocation d'études les mettrait sur la paille, et les forcerait à recourir aux banques, entamant la spirale infernale de l'endettement dès l'âge de 18 ans, comme c'est déjà le cas au Royaume-Uni (de belles émeutes étudiantes ont d'ailleurs eu lieu l'année dernière dans ce pays habituellement dont les habitants sont d'ordinaire si dociles).

La licence à 500 € par an
Elle est actuellement autour de 160 à 200 € pour les étudiants non-boursiers. A ces tarifs s'ajoutent d'autres frais à payer à l'inscription à l'université, notamment 200 € de sécurité sociale. La facture monterait donc vite à 700 € par an grâce à Terra Nova. Une somme que les boursiers - qui ne le seraient plus, puisqu'ils percevraient l'allocation d'études - devraient désormais payer, soit déjà un mois et demi d'allocation. Comment se loger et manger, cela, Terra Nova ne le dit pas. Car le groupe de réflexion considère qu'il faut que les étudiants "prennent conscience du coût de leur formation". Une formation qui n'a, rappelons-le, plus aucune valeur (que faire d'une licence de nos jours ?).

Pour les étudiants les plus avancés dans leur parcours, Terra Nova prévoit des frais d'inscription de 1 000 € en master, et 1 500 € en doctorat. Pourtant, on note qu'avoir fait quatre ans d'études ne donne pas davantage de ressources qu'au début du cursus. Alors pourquoi en augmenter le coût ?

Le pire est peut-être que les raisons invoquées pour augmenter les frais d'inscription sont tout bonnement scandaleuses : "limiter l’absentéisme, lutter contre, voire de faire disparaître les étudiants fantômes désirant uniquement bénéficier de la Sécurité sociale". Une vision populiste de l'étudiant pauvre (car c'est bien d'eux qu'il s'agit, ceux qui ne paient pas de frais d'inscriptions) qui ne s'inscrit à l'université que pour toucher des bourses sans assister aux cours. C'est bien connu, les enfants de riches, eux, sont studieux, et n'ont pas besoin d'être rappelés à l'ordre. Quant à l'argument de la sécurité sociale, il convient pour y répondre de rappeler qu'un Français pauvre n'allant pas à l'université peut bénéficier de la CMU. Personne ne s'inscrit à l'université pour avoir la sécu !

Au détour d'une phrase on apprend la vraie raison de ces propositions : "ces droits apporteraient en vitesse de croisière un milliard d'euros supplémentaires aux universités."
Une conséquence de la loi sur l'autonomie des université de M. Sarkozy et Mme Pécresse est en effet que les établissements vont devoir ramer pour leurs budgets.

Baisser le nombre de places en prépa

La démocratisation (toute relative !) de ces classes n'est pas au goût de l'élitiste Terra Nova qui souhaite, pour restaurer le prestige des prépas, en exclure... les riches ? Cherchez encore. Les pauvres. Car en élevant le niveau d'exigence à l'accès à ces classes, on exclut bien entendu les jeunes issus des familles les plus modestes, qui - pardonnez-leur - n'ont pas pu obtenir 17/20 de moyenne générale à Henri IV à Paris !

"A partir de la rentrée 2012, diminuer de 33 % en cinq ans le nombre de places en classes préparatoires et réduire de 50 % en cinq ans les places aux concours des grandes écoles" : Terra Nova prépare la France de demain, une France dirigée - comme dans le bon temps, car c'est bien connu, c'était mieux avant - par des enfants des couches supérieures de la population.

Revaloriser les salaires des personnels
Pour amadouer les universitaires afin qu'ils soutiennent les mesures proposées ?
Un professeur d'université finit sa carrière avec - au très bas mot, car ce chiffre exclut primes diverses et nombreuses - 6 000 € net par mois. De quoi joindre les deux bouts.

Les problèmes de salaires des enseignants se situent plus bas : un enseignant de collège/lycée débute sa carrière à 1 300 € net par mois. Et ce après cinq ans d'études (au minimum) après le baccalauréat.

Même Nicolas Sarkozy n'aurait pas osé avancer de telles propositions, qui se targuent d'être caractérisées par un grand progressisme, mais qui sont profondément injustes et pour le moins inspirées d'un modèle anglo-saxon qui fait la part belle à la domination - héréditaire - des plus aisés.

Article publié sur le site de Diké (lepost.fr)

    (voir aussi : le monde.fr et tnova.fr)

terreur.jpg

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 13:00

[59-62] Mobilisations de rentrée dans l’Éducation

Parents d’élèves et enseignants, préparons une rentrée 2011 forte et offensive !

À ce jour, aucune amélioration concernant les conditions de la rentrée 2011 dans les écoles, collèges d’enseignement général, SEGPA, lycées généraux, technologiques, professionnels et CIO du Nord Pas-de-Calais n’a été apportée par le Rectorat.

Dans le premier degré, nombre de fermetures de classes, de suppressions de postes hors classes (RASED, CPC…) et d’intervenants langues ont été entérinées.

Qui plus est, après les 865 suppressions de février, la dégradation des conditions de travail et d’enseignement ainsi que l’explosion de la précarité se confirment puisque de nouveaux coups sont portés à l’Éducation en cette fin d’année scolaire : suppression de tous les médiateurs et de tous les assistants pédagogiques, suppression de dizaines de postes de personnes de surveillance, d’aide administrative à la direction d’école, postes vacants dans les établissements et CIO, fermetures supplémentaires de structures dès le 22 juin avant même l’affectation définitive de tous les élèves.

À cela s’ajoutent la baisse du financement des projets pédagogiques dans le primaire, de celle de 70% des fonds sociaux dans l’académie ainsi que celle des crédits d’État.

Parents d’élèves et enseignants, préparons une rentrée forte et offensive !

Mobilisons-nous en participant notamment :

 

-          le mercredi 31 août, au rassemblement intersyndical organisé à Lille, boulevard de la Liberté, face au jardin Jean-Baptiste Lebas (d’autres points de rendez-vous sont prévus dans l’académie par le collectif Flandre-Lys et le comité Douaisis),

-          le mercredi 14 septembre, au rassemblement intersyndical organisé à Lille devant le rectorat,

-          le mardi 27 septembre, à la manifestation organisée dans le cadre de la journée d’appel unitaire national à la grève des personnels du service public d’éducation.

CNT Éducation Nord Pas-de-Calais

Publié le 24 août 2011

chat de la cnt by el chistos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 17:58

( de : Einna  sur /bellaciao.org. Cet article fait suite à « Education "nationale" : revoila le modèle finlandais ! » également sur bellaciao.org)



 

 

Je complète les éléments lus dans la contribution du 25 août - 16h15 "Education Nationale : revoilà le modèle finlandais"

D’autres aspects du modèle finlandais souvent oubliés (intentionnellement ?) :

 une solide formation pédagogique (initiale et continue) des enseignants : ce qui en fait des gens compétents, non seulement dans leur discipline (comme chez nous) mais aussi dans l’animation d’une classe et de groupes hétérogènes, la gestion des conflits, le travail en équipe d’adultes (beaucoup, beaucoup mieux que chez nous).

 pas de notion de redoublement, de notes, de punitions "à la française", d’exclusion presque jusqu’au niveau de notre lycée. Mais des entretiens de mise au point nombreux avec du suivi. Nous n’en avons ni l’attitude ni les moyens.

On y constate des ambiances de classes plus sereines et des élèves plus motivés (même dans les quartiers que nous appelons difficiles ; mais, il faut dire que la vie sociale en général y est moins survoltée que chez nous)

 une"vie de la communauté scolaire" importante, avec de nombreux adultes présents et coopérant concrètement sur le terrain.

 infiniment moins de niveaux de corps d’inspection et d’administration que chez nous. S’il y a des fonctionnaires à supprimer en France, c’est parmi les hauts fonctionnaires dont l’utilité et le salaire sont inversement proportionnels. Et l’on s’aperçoit que les enseignants n’ont pas besoin d’inspecteurs pour faire leur travail !

 un corps enseignant un peu mieux payé que chez nous (pas énormément) mais surtout beaucoup mieux considéré par l’Etat et les collectivités locales et donc par les parents.

Tout cela donne des enseignants moins stressés, culpabilisés, tentés de rejeter sur divers niveaux les raisons de leurs échecs et donc beaucoup plus motivés.

La modèle finlandais a aussi des aspects négatifs comme une trop grande sélection pour la poursuite d’études. Et une importante décentralisation très éloignée du système français.

En France, nous, enseignants, n’ayant pas analysé assez tôt la dérive ultra-libérale, nous étant focalisés sur des guéguerres internes stériles, n’ayant pas résisté collectivement aux premiers coups de laminoir, nous sommes (souvent) devenus timorés et inconsistants.

Pas la peine de se cacher derrière un soi-disant trop grand laxisme au Bac... ou l’indiscipline des élèves ....ou la démission des parents ... ou "tout ça, c’est encore la faute à Mai 68 ou à la méthode globale "(qui a été si peu appliquée) !!!

Nous sommes coupables de servitude volontaire.

Nous avons laissé dériver le beau projet d’éducation populaire laïque (jamais vraiment appliqué mais bon...) vers la privatisation et le consumérisme. De peur d’être accusés de "faire de la politique", nous n’avons plus osé de paroles fortes pour éduquer des citoyens critiques, responsables et solidaires. Nous n’avons pas réagi aux discours hypocrites sur une illusoire "égalité des chances" alors que c’est "l’égalité des Droits" qu’il fallait exiger.

Si nous avions travaillé en symbiose avec les parents d’élèves, ceux-ci seraient naturellement à nos côtés dans les combats à mener pour leurs enfants.

Si nous avions tous soutenu les enseignants désobéisseurs, ceux-ci n’auraient pas pu être sanctionnés et nous aurions fait de l’école publique un lieu de résistance.

J’espère qu’il n’est pas trop tard mais la pente sera dure à remonter. Réveillons-nous pour ne pas laisser continuer le massacre des générations futures.

    champignon clown

 

 lutte_sociale_n1.jpg

 

 

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 22:24

Un adolescent chilien est mort au cours d’affrontements avec la police dans la nuit de jeudi (25 août)  à vendredi après quarante-huit heures de grève nationale. Des manifestations, parfois très violentes, secouent les principales villes du pays depuis plusieurs semaines.

(liberation.fr)

 

chili-3.jpg

 

Travailleurs et étudiants dans la rue

 

Des manifestations massives ont eu lieu jeudi 25 août dans plusieurs villes du Chili à l'appel des principaux syndicats du pays, dans le sillage de la contestation étudiante qui dure depuis trois mois. C'est le plus important mouvement de protestation depuis la fin de la dictature en 1990.

 

C’est une journée historique, celle de l'une des plus importantes manifestations depuis le

retour de la démocratie au Chili", s'exclame le quotidien argentin La Nación au lendemain de

la grève générale de deux jours convoquée par la Centrale Unitaire des Travailleurs (CUT), la principale centrale syndicale chilienne. 600 000 manifestants selon les organisateurs, 175 000 selon le gouvernement ont en effet marché dans les rues de Santiago et des principales villes chiliennes le jeudi 25 août pour réclamer notamment une nouvelle Constitution et soutenir le mouvement des étudiants et lycéens qui, mobilisés depuis bientôt trois mois, demandent la refonte du système éducatif. La plupart des grands quotidiens chiliens, très conservateurs, titrent pour leur part, à l'image de la Tercera, sur le fait que "les manifestations n'ont pas réussi à paralyser le pays" et sur les incidents violents qui ont émaillé ces deux jours de contestations. "Ce sont les manifestations les plus violentes de ces quatre dernières années", affirme ainsi La Tercera, relevant les heurts entre manifestants, casseurs et policiers qui ont eu lieu dans le centre de Santiago à la fin de la manifestation.

"Il faut être juste. L'appel de la CUT n'aurait pas eu le même impact sans l'éénergie des

étudiants qui grâce à leurs réclamations ont mis en relief toutes les plaintes des citoyens",

souligne le quotidien argentin Página 12. Etudiants et lycéens, déployant des trésors de

créativité, manifestent presque quotidiennement depuis début juin pour réclamer une

éducation gratuite et de qualité pour tous. Le système éducatif chilien est parmi les plus

onéreux et les plus inégalitaires du monde. L'Etat ne consacre que 4,4 % du PIB à l'éducation.

Seuls les enfants des familles les plus riches peuvent bénéficier de l'enseignement de qualité

dispensé dans des institutions privées. Les autres doivent se contenter d'établissements semi-publics, qui restent chers, ou publics, aux mains des municipalités (depuis le régime de Pinochet), connus pour leur manque de moyens et leur mauvais niveau. La plupart des Chiliens s'endettent pour pouvoir faire des études universitaires.

Chili-2.jpg

 

La principale leader de la contestation étudiante, Camila Vallejo, a réfuté les affirmations du

gouvernement disant que les syndicats profitaient de la mobilisation étudiante. "Travailleurs

et étudiants ont toujours été ensemble. La demande des étudiants est une demande sociale,

une réforme de l'éducation qui est une réforme structurelle qui concerne le peuple chilien et

nos familles", a-t-elle assuré. "L'image de Camila Vallejo assise à côté des principaux

dirigeants syndicaux appelant à la grève marque un tournant dans la contestation étudiante qui

ajoute maintenant à son agenda le changement de modèle économique et politique", suggère

El Mostrador. Le webzine chilien souligne "les déclarations maladroites du gouvernement au

cours de ces journées de grèves et notamment celle du gouverneur de la région de Biobío qui

a assuré que la contestation était due à l'augmentation du nombre d'enfants nés ces derniers

temps en dehors du mariage" ou celle du ministre de la santé qui a mis en doute la grève de la

faim qui avait été entamé par une poignée de lycéens.

chili-6.jpg

 

Le quotidien argentin Página 12 a souligné pour sa part la présence du président du Parti

socialiste chilien dans les manifestations qui a "fait un mea culpa au nom de la Concertation",

la coalition de centre- gauche qui a gouverné pendant vingt ans le Chili depuis la fin de la

dictature jusqu'à l'élection du conservateur Sebastián Pinera élu en décembre dernier. "Je

participe avec beaucoup d'humilité parce qu'en 20 ans de Concertation, nous avons pris part

aux abus et je crois qu'il est temps de prendre en charge les problèmes de fond. Et si la seule

façon que ce gouvernement le comprenne c'est d'avoir les gens dans la rue il n'y a pas d'autre

alternative", a affirmé Osvaldo Andrade. De nouvelles manifestations sont prévues le 11

septembre prochain, jour anniversaire du coup d'état de 1973.

(source : courrierinternational.com)

  

 

Chili-1.jpg (images : liberation.fr)

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 19:04

Contre l’’austérité, une seule réponse : la mobilisation interprofessionnelle !

 

COMMUNIQUE 25 août 2011

Le Premier ministre, François Fillon, a dévoilé son plan de « réduction des déficits publics ». Il l’’a présenté comme un plan visant à l’équité... Alors qu’il s’agit seulement de rassurer les marchés financiers et de conforter la triple notation « AAA », notre « trésor national », comme dit Alain Minc, proche conseiller de Nicolas Sarkozy !

Or, l’’accroissement de la dette publique est le produit des cadeaux fiscaux faits aux ménages les plus aisés et aux entreprises, en particulier les plus grandes, ainsi que le résultat des mesures prises pour juguler la crise financière et la récession qui s’’en est suivie, crise dont la population n’est absolument pas responsable !

L’’équité aurait conduit à changer d’’orientation en matière de politique économique, à tourner le dos à une politique fiscale de plus en plus injuste, aux exonérations fiscales et sociales qui profitent à la minorité la plus favorisée de ce pays, les actionnaires, les rentiers, les patrons...

Il n’en est rien : ce plan de rigueur touchera essentiellement la majorité de la population tant par les mesures annoncées que par les réductions de dépenses publiques prévues !

Une taxe exceptionnelle est prévue pour les très hauts revenus : 200 millions d’euros de recettes. C’’est à comparer au cadeau de 1,8 milliard d’’euros lié à la réforme de l’’impôt sur la fortune, et au taux d’’imposition des sociétés du CAC 40 qui dans les faits n’’est que de 8 % (voire beaucoup moins avec les différents mécanismes). Rappelons aussi que la tranche supérieure de l’’impôt sur le revenu est tombé de 65 % à 41 % en 20 ans... Les niches fiscales seront rabotées très à la marge alors que ce sont 75 milliards d’euros qui sont perdus chaque année pour les recettes publiques sans que ces niches présentent, pour l’’essentiel, une quelconque efficacité sociale... A cela s’’ajoute une très légère augmentation des prélèvements sociaux sur les revenus du capital (12,3% à 13,5%), mais on reste loin d’’une taxation identique aux revenus du travail... Les heures supplémentaires sont désormais intégrées dans l’’ensemble des allégements de cotisations sociales jusqu’à 1,6 fois le SMIC : pourtant cette exonération reste contre-productive pour l’emploi et profondément inégalitaire. Cette défiscalisation ne profite pas aux salariés non imposables... La hausse des taxes sur les assurances complémentaires de santé sera répercutée sur les assurés sociaux. L’’augmentation du tabac, (6% en 2011 plus 6% en 2012), des alcools forts et des boissons sucrées pèsera directement sur le budget des ménages.

Ajoutons que le Premier Ministre a joué sur le registre de l’’autosatisfaction, se félicitant des « réformes » menées sur les retraites, la RGPP (Révision générale des politiques publiques) et la suppression des 130 000 emplois de fonctionnaires... toutes des mesures particulièrement injustes ! Pour lui, il faut poursuivre cette politique pour maintenir la bonne note de la France sur les marchés financiers !

Cette politique a des conséquences sociales néfastes pour la grande majorité des salarié-es, des chômeurs/chômeuses, des jeunes, des retraité-es, des précaires. Elle va encore aggraver la casse des services publics et accélérer la récession économique.

Il est donc urgent de construire un rapport de forces pour imposer une nouvelle politique fiscale permettant de répondre aux besoins sociaux, notamment en matière d’’emploi, de salaire, de protection sociale... et qui mette fin à la soumission aux marchés financiers !

C’’est avec cet objectif que l’Union syndicale Solidaires a proposé que l’intersyndicale nationale décide rapidement d’une date de grève et de manifestation dès la rentrée, comme première étape d’une lutte prolongée stoppant la spirale infernale de l’’austérité.


Reve_generale.jpg

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 21:51

Procès renvoyé

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 21:34

Total, le grand gagnant de la guerre en Libye

 

S’il y en a un qui doit se réjouir de l’issue de la guerre, c’est bien le géant pétrolier français qui est bien placé pour faire main basse sur une belle part de l’or noir libyen.

 

Qui était parmi les tous premiers Français à venir début mars à Benghazi encourager les insurgés libyens ? Un représentant de Total. Et l’entreprise peut aujourd’hui se frotter les mains : l’empressement de l’Elysée à reconnaître le CNT, comme à défendre l’intervention militaire a fait rentrer le groupe dans les bonnes grâces du futur régime.
Car si les insurgés libyens sont sur un champ de ruines politique, ils ont déjà réorganisé une filière du pétrole avec l’entreprise AGOCO. Celle-ci vient d’annoncer que les pays qui n’ont pas activement soutenu la rébellion se verraient certainement privés du marché pétrolier libyen. A savoir la Russie, qui se dit résignée à y perdre ses intérêts, la Chine, qui proteste déjà vigoureusement pour tenter de sauver ses 50 projets et 36000 emplois, et le Brésil. A l’inverse, AGOCO aurait promis une part conséquente du gâteau à Total.

Avant la guerre, la compagnie pétrolière française n’exploitait qu’une part marginale de la production libyenne : 3 % des 1,6 millions de barils par jour extraits dans le pays. C’est une victoire très importante pour Total, d’autant plus que la Libye dispose de réserves très importantes. Ce que les marchés financiers ont très bien compris puisque avec l’entrée des insurgés à Tripoli, l’action du groupe a bondit de plus de 4 % dès lundi. Autre signe des négociations en cours, l’inquiétude d’Eni, qui a préféré ne pas attendre la fin de la guerre pour revenir en Libye et tenter de préserver ses intérêts qui y sont très importants.

Autre acteur français qui pourrait bien bénéficier de l’engagement militaire français en Libye : GDF-Suez. Le pays contient d’importantes ressources en gaz également, et le groupe français y est totalement absent. Pour l’instant, puisque des négociations seraient en cours. Ce que GDF refuse de commenter, mais signe qui ne trompe pas, l’action du groupe a elle aussi bénéficié grandement de la victoire de Tripoli (+ 5%).
Cette guerre du pétrole reste risquée. Le CNT est profondément divisé et il est fort probable qu’il peine à maintenir la paix, une fois la guerre terminée, ce qui n’est pas encore fait. On peut en ce cas parier que la France devrait trouver un prétexte pour maintenir des troupes dans la région, même si c’est contraire à la résolution de l’ONU.

(Source : humanite.fr)

If-you-don-t-come.jpg

 

 

   Les géants se battent pour ramasser le pétrole libyen

Gagnants et perdants.  C’est l’heure des comptes. Les nouveaux dirigeants qui émergent du conflit libyen sont courtisés de toutes parts, et en première ligne par les compagnies pétrolières. La donne a changé et c’est le CNT (Conseil National de Transition) qui contrôle désormais les vannes du 17e plus important producteur de pétrole du monde.

C’est l’heure des comptes. Les nouveaux dirigeants qui émergent du conflit libyen sont courtisés de toutes parts, et en première ligne par les compagnies pétrolières. La donne a changé et c’est le CNT (Conseil national de transition) qui contrôle désormais les vannes du 17e plus important producteur de pétrole du monde.

Dans cette course à l’or noir libyen, c’est le groupe italien ENI qui est donné – pour l’heure – comme favori, car ses relations avec la Libye sont historiques. Mais les compagnies des pays ayant soutenu les rebelles vont pouvoir réclamer leur part du gâteau. Comme Total, la France ayant été le premier pays à affronter militairement Muammar Kadhafi. Moins présentes, les compagnies américaines – à l’exemple de Conoco-Phillips, Marathon ou Hess – pourraient profiter de l’occasion pour mieux pénétrer ce marché. Le Qatar, premier pays arabe à attaquer militairement Kadhafi, est aussi en bonne place.

(source : tdc.ch –extrait-)

 helicopteres-apache.jpg

 

 

Doigt.jpg

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 22:41

Nouvelle manifestation monstre à Santiago en faveur de l'éducation

Au Chili, une nouvelle manifestation pacifique a rempli un des plus grands parcs de la capitale, le parc O’Higgins, ce dimanche 21 août. Les étudiants et les élèves du secondaire réclament, depuis trois mois, une éducation publique, gratuite et de qualité. Selon les organisateurs, ils auraient été un million. La plus grande manifestation depuis la fin de la dictature, il y a 21 ans.

Depuis trois mois, le gouvernement espère que la mobilisation étudiante s’essouffle. Elle ne cesse de grossir. Ce « mouvement étudiant » est en train de devenir un « mouvement social ». Et les analystes évoquent un « printemps chilien », un « mai 68 chilien ». La journée d’hier l’a démontré.

Les gens ont répondu massivement à la Marche familiale pour l’Education lancée à l’appel des étudiants et des professeurs. Parents, grands-parents, enfants ont marché, pancartes à la main, dans les rues de Santiago jusqu’au concert organisé dans le parc O’Higgins, un des plus grands parcs de la capitale. Une manifestation pacifique : c’est la deuxième fois que les étudiants réussissent ce tour de force.

Depuis la dictature d’Augusto Pinochet, qui s’est terminé il y a 21 ans, les manifestations massives se terminaient systématiquement par des heurts avec la police. Hier également, un groupe d’environ 300 étudiants et élèves du secondaire a entamé une marche vers le Congrès, qui se trouve à 120 km de distance, pour réclamer des solutions politiques. Plus préoccupant, trois élèves, entre 17 et 18 ans, en sont aujourd’hui à leur 35ème jour de grève de la faim pour revendiquer une meilleure éducation.

(Source : rfi.fr)

 
 

Communiqué  de soutien au mouvement chilien pour une éducation gratuite et de qualité.

Depuis trois mois, un mouvement social exceptionnel se développe au Chili i. La majorité des lycées et des universités publics du pays est occupée. Une dizaine de jeunes lycéens sont en grève de la faim depuis 20 jours. Des centaines de milliers d’étudiants et de travailleurs descendent quotidiennement dans la rue, manifestent, dansent, jouent, discutent pour obtenir une éducation gratuite et de qualité. L’appui de la population est sans précédent (80% des chiliens approuvent le mouvement).

La fédération Sud Education soutient la lutte du peuple chilien pour un pays plus juste, pour la nationalisation de l’éducation et souhaite la réussite de la grève nationale chilienne prévue les 24 et 25 août prochain.

 

Sud.png

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 19:22

Seize patrons d'entreprises françaises et très grandes fortunes ont signé un texte demandant "l’instauration d’une contribution exceptionnelle qui toucherait les contribuables français les plus favorisés" afin de réduire le déficit budgétaire de la France.

(voir le site cbanque.com, pas réellement dans la mouvance libertaire et également le site du nouvelObs qui propose, entre autres, des pub et conseils afin de mieux investir en bourse…)

 

On croit rêver !!!

Jean-Paul AGON, PDG de L'Oréal, Antoine FREROT,P DG de Véolia Environnement,  Denis HENNEQUIN, PDG d'Accor, Marc LADREIT de LACHARRIERE, président de Fimalac, Maurice LEVY, PDG de Publicis, Christophe de MARGERIE, PDG de Total,  Frédéric OUDEA, PDG de la Société Générale,  Jean PEYRELEVADE, président de Leonardo France, Franck RIBOUT, PDG de Danone, Stéphane RICHARD, PDG d'Orange, Louis SCHWEITZER, président de Volvo et de AstraZeneca, Marc SIMONCINI, président de Meetic,  Jean-Cyril SPINETTA, président d'Air France-KLM et président du Conseil de surveillance d'Areva, Philippe VARIN, président du directoire de PSA Peugeot-Citroën, Claude PERDRIEL, président du Conseil de surveillance du Nouvel Observateur et… Liliane BETTENCOURT, actionnaire de L'Oréal. 16 riches, volontaires pour un effort fiscal supplémentaire !

Vont-ils prendre leur carte au NPA ??!!

Maurice Lévy, déclare. "…Il est normal que nous, qui avons eu la chance de pouvoir réussir, de gagner de l’argent, jouions pleinement notre rôle de citoyens en participant à l’effort national… »

D’autres patrons (qui ne font pas partie de ces 16 gauchistes) semblent également prêts à s’inscrire dans cette démarche de partage des richesses.

Ainsi, Henri de CASTRIES, PDG d’Axa adhère à l’idée d’une contribution supplémentaire des plus riches et propose même quelques… solutions :

« …réduction rapide du déficit, diminution draconienne des dépenses publiques, modération salariale et flexibilité de l’emploi, de manière à parier avant tout sur l’activité du secteur privé, principale garantie d’une meilleure compétitivité de l’économie française… »

 capitalism

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 18:26

Un journaliste de La Voix du Nord, dont le journal La Brique avait relevé la tendance à insister sur la nationalité ou l'origine sociale des personnes déférées devant le tribunal, notamment au moyen de jeux de mots d'un goût très relatif, a porté plainte contre La Brique.
La Voix du Nord s'est associée à la plainte et demande 5 000 € : chercherait-elle à faire taire un journal d'enquêtes indépendant ?

(voir : http://sudeduc5962.lautre.net/spip.php?article1124)


                           Le procès prévu le 29 juin au tribunal de grande instance de Lille a été renvoyé au   mercredi 31 août 2011 à 14h00.

 

Venez nombreux et nombreuses apporter votre soutien à la presse alternative et indépendante.

 

Pour plus d’éléments :

http://labrique.net/numeros/numero-27-mai-juin-2011/article/la-brique-en-proces-soutenez-la

 labrique12 laune

Repost 0
Published by jean-rumain - dans Article
commenter cet article