Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 18:00

Le syndrome d’aliénation parentale (SAP) a été défini et décrit en 1986 par Richard Gardner. Selon lui, il s’agit d’un désordre psychologique qui atteindrait l' enfant lorsque l’un des parents effectue sur lui, de manière implicite, un « lavage de cerveau » » visant à détruire l’image de l’autre parent. Lorsque l’opération réussit, l’enfant rejette ou diabolise ce parent qu’il aimait auparavant, et fait indissolublement corps avec le parent aliénant, conformément au désir de celui-ci. Dans une étude longitudinale de sept cents divorces « hautement conflictuels » suivis pendant douze ans, il fut conclu que des éléments du SAP sont présents dans la grande majorité des cas.

Le diagnostic différentiel du SAP est la maltraitance sur mineur, qui cause des symptômes semblables : rejet du parent négligeant ou maltraitant par l'enfant et le parent protecteur, confusion chez l'enfant, accusations de maltraitance. Gardner a initialement qualifié ces comportements d'éléments de preuve d'un SAP pour concéder à ses critiques, cinq ans après la conception de ce diagnostic, qu'il fallait prendre en compte la possibilité d'une maltraitance sur mineur, sans toutefois changer son outil diagnostic initial qui invalidait cette hypothèse. Pour Gardner, l’abus sexuel est vécu de façon traumatique par l'enfant si la société juge cet acte négativement, ce qui pour lui est trop souvent le cas : « un parent parfait, ça n'existe pas. L'exploitation sexuelle d'un enfant doit être mise dans la liste des aspects négatifs, mais l'enfant doit aussi apprécier les aspects positifs ».

Parents aliénants

Le divorce ou la séparation sont très souvent des moments douloureux. L'amour devient parfois haine, et il arrive qu'un des parents cherche à se venger de l'autre en captant l'enfant. De même, il arrive qu'un parent ne veuille pas « perdre » l'enfant après avoir perdu son partenaire. Il crée donc avec celui-ci un bloc indissociable, dressé contre l'autre parent qui devient le « méchant », responsable de tous leurs malheurs. Certaines fausses accusations d’abus sexuel peuvent être comprises comme une tentative de se convaincre qu'il doit protéger l'enfant.

Selon la description donnée par R. Gardner, quatre critères permettent de diagnostiquer l’action du parent aliénant :

l’entrave à la relation et au contact ;

les fausses allégations d’abus divers ;

la réaction de peur des enfants ;

la détérioration de la relation depuis la séparation.

Les manifestations cliniques

Richard Gardner a décrit huit manifestations chez l'enfant :

Campagne de rejet et de diffamation : le parent rejeté est complètement dévalorisé, quoique l'enfant soit incapable de motiver cette dévalorisation par des exemples concrets.

Rationalisation absurde : à l'appui du rejet, l'enfant invoque des motifs dérisoires ou sans rapport avec la réalité.

absence d'ambivalence normale : le parent rejeté est décrit comme exclusivement mauvais, le parent aliénant est décrit comme bon exclusivement.

Réflexe de prise de position pour le parent aliénant, lorsque les deux parents sont présents, et même avant que le parent rejeté se soit exprimé.

Extension des hostilités à toute la famille et à l'entourage du parent rejeté (grands-parents, amis, proches) qui sont à leur tour rejetés avec autant de force.

Affirmation d'une « opinion propre » artificielle : il s'agit en fait de l'opinion du parent aliénant, que l'enfant est conditionné à présenter comme venant de lui.

Absence de culpabilité du fait de la cruauté supposée du parent adversaire.

Adoption de « scénarios empruntés », qui ont été fabriqués par le parent manipulateur : l'enfant les reprend à son compte.

De même, sont décrits plusieurs degrés d'expression et d'intensité des symptômes :

Intensité faible : tous les symptômes ne sont pas manifestes, leur degré est moindre et la relation parent-enfant est encore fonctionnelle.

Intensité moyenne : tous les symptômes sont présents, mais l'enfant se calme lorsqu'il est en visite chez le parent rejeté.

Intensité sévère : dans 5 à 10 % des cas la relation avec le parent rejeté est définitivement rompue ou en voie de l'être.

Le SAP et le divorce

Dans le cadre des procédures de séparation ou de divorce, l'appropriation voire la capture de l'enfant peut devenir un enjeu important, soit parce qu'elle permet de détruire moralement le conjoint, soit parce qu'elle permet d'obtenir le contact exclusif avec l'enfant. Pour ce faire, certains parents n'hésitent pas à instrumentaliser leurs enfants, afin de faire basculer le jugement en leur faveur. Les théoriciens du SAP soutiennent donc l'idée que les instances judiciaires doivent avoir connaissance de son processus. Selon les pays, le SAP ne tient pas la même place dans les tribunaux. Ainsi, dans des procédures québécoises, il n’est pas rare que les experts le diagnostiquent chez un enfant, et que des juges en tiennent compte explicitement dans leurs décisions, tandis qu'il est rare qu'il en soit fait mention en France.

Certains psychiatres, tel Wilfrid von Boch en Allemagne, Benoit van Dieren en Belgique, P Bensussan en France et William Bernet aux États-Unis viennent cependant, dans un ouvrage collectif récent destiné à l’inscription de cette pathologie dans les futures classifications américaine (DSM-5) et européenne (ICD-11) de proposer une nouvelle définition de l’aliénation parentale, résolument moins polémique. Ils la décrivent désormais comme « la condition psychologique particulière d'un enfant (habituellement dont les parents sont engagés dans une séparation très conflictuelle) qui s'allie fortement à un de ses parents (le parent préféré) et rejette la relation avec l'autre parent (le parent aliéné) sans raison légitime ».

Cette définition permet d'aborder la problématique de l'aliénation parentale d'une manière concrète et active, sans nécessairement entrer dans une logique accusatoire, culpabilisante (un parent compétent et l'autre incompétent), ou psychiatrisante (un parent « malade » et un parent sain). Elle pourrait donc être plus audible en matière de décisions psycho-juridiques : l'expression clé de cette définition étant « un enfant qui s'allie », ce qui suppose la possibilité d’une démarche spontanée de l’enfant. Celui-ci n'est donc pas toujours, consciemment ou délibérément utilisé comme instrument de vengeance, même si l’éradication de l’ex-conjoint est finalement obtenue.

Cette nuance est extrêmement importante : jusqu'à présent le diagnostic ou même la simple évocation du mot « aliénation parentale » a toujours suscité l'indignation des personnes visées par ce concept. Comme le rappelle notamment Paul Bensussan, aliénation doit pourtant être entendu ici dans son sens étymologique : a-liéner revenant en fait à rompre le lien, à rendre étranger ou hostile (un parent à un enfant). Ainsi Delphine Goetgheluck, du Journal des psychologues établit une analogie entre le SAP et le Syndrome de Stockholm, pour dédramatiser cette perception en en indiquant la nature comme provenant d'une instrumentalisation dans le désir du parent7.

En pratique

Il est difficile de contrecarrer un SAP en place. D'où l'intérêt de pouvoir le diagnostiquer au plus tôt, et de prendre les mesures judiciaires appropriées, allant jusqu'à une inversion de la résidence principale de l'enfant du parent aliénant vers le parent aliéné.

Le 20 juillet 2006, la Cour européenne des droits de l’homme a rendu un arrêt en faveur d'un citoyen tchèque, Jiří Koudelka, qui l'avait saisie pour un problème de non-représentation d'enfant, en l'occurrence sa fille, après divorce. Cet arrêt condamne l'État tchèque, mettant en évidence son laxisme et son incapacité à faire respecter les droits de visite du père, pourtant établis par les différentes instances judiciaires. Concernant l'enfant et les pressions exercées sur elle par sa mère pour l'amener à rejeter son père, l'arrêt utilise à cinq reprises l'expression « syndrome d'aliénation parentale ».

Polémique scientifique

Suite au succès anglo-saxon du concept décrit par Richard Gardner puis développé par M. Walsh et J.M. Bone et à sa médiatisation dans plusieurs affaires de divorce, des débats scientifiques ont débouché sur une vive polémique scientifique.

Outre la polémique scientifique, ce "syndrome" est fait l'objet d'une lutte politique, les antiféministes masculinistes essayant d'obtenir sa reconnaissance légale, l'utilisant comme un outil supplémentaire de contrôle patriarcal des hommes sur les femmes et les enfants.*

Source : Wikipedia

* Cf. S Charnay, monté sur une grue à Nantes en février 2013.

 voir aussi : Autopsie du SAP (sur Mediapart)

Le Monde en face (sur France 5) s’intéresse à un syndrome mal connu qui frappe certains enfants traumatisés par le divorce conflictuel de leurs parents : l’aliénation parentale. Le film suit des pères et des mères désemparés par l’hostilité inexplicable qu’ils manifestent à leur encontre.

Quand le couple se déchire, les enfants trinquent ! Jusqu’à devenir, parfois, l’instrument de vengeance contre l’ex-conjoint. Meurtris par une séparation difficile, ballottés malgré eux entre père et mère, ils sont aussi dans certains cas manipulés par l’un ou l’autre et développent alors un syndrome décrit par les spécialistes sous le nom d’aliénation parentale. Une forme de soumission inconsciente et forcée qui s’apparente à ce que l’on observe dans les sectes. Sous l’influence de l’un des parents, l’enfant se transforme ainsi en outil de guerre pour éliminer l’autre. Il y a plusieurs stades à l’aliénation parentale.

Le rôle de la justice est primordial

Anne, une petite fille de 6 ans, fond en larmes chaque fois que Karim, son papa, vient la chercher. Travaillée par ce qu’on appelle le conflit de loyauté, elle a peur que sa mère cesse de l’aimer si elle se montre heureuse de revoir son père. Pour Karim, qui parcourt 800 kilomètres pour la retrouver, c’est un déchirement renouvelé : « A chaque fois, il faut renouer le contact avec son enfant, qui, par la force des choses, est obligé de vous effacer de son esprit. » Les parents d’Anne se disputent âprement sa garde par tribunaux interposés. Accusé de violence, de mise en danger d’enfant et autres turpitudes, Karim n’est pas au bout de ses peines. Son ex-compagne, qui multiplie mains courantes et plaintes, est prête à tout pour le rayer de leur vie, y compris à accuser le fils de son actuelle femme, un garçon de 9 ans, d’attouchements sexuels. Richard, un directeur d’école à la retraite, se trouve dans une situation encore plus tragique. Il y a cinq ans, son épouse l’a quitté avec leur fille, Laurence, alors âgée de 7 ans. Aujourd’hui, sa présence provoque de telles crises d’angoisse chez l’adolescente qu’il faut parfois l’hospitaliser. Malgré son désarroi, Richard tente par tous les moyens de maintenir le contact : « Je préfère qu’elle me dise plus tard "Tu nous as harcelées, embêtées”, plutôt que "Tu m’as abandonnée”. » Cette hostilité, qui se traduit avec plus ou moins de force, d’autres parents la subissent de plein fouet, comme Marie-Noëlle, Samantha ou Olivier. Incompréhensible pour eux, elle est néanmoins bien connue des psychiatres. Selon le docteur Paul Bensussan, « un enfant victime d’aliénation parentale considère celui qu’il rejette comme un étranger, voire comme un ennemi, et il peut développer une cruauté tout à fait étonnante. On a l’impression qu’il entre en guerre. Entre nous, on les appelle les enfants soldats ». Dans ce combat contre la folie des adultes, la justice a un rôle essentiel à jouer. Malheureusement, ni les magistrats ni la police ne sont préparés pour faire face à un tel problème.

 

(source : france5.fr)

 


Partager cet article

Repost 0
Published by jean-rumain
commenter cet article

commentaires